Aux États-Unis, la population mobilisée après la fusillade de Charleston

Aux États-Unis, Barack Obama lance une nouvelle offensive contre le lobby des armes après les neuf morts de la tuerie.

France 2

Trois jours après la fusillade de Charleston, Barack Obama a dénoncé l'influence de la NRA sur le Congrès  américain. À Charleston, devant les lieux où la tuerie s'est passée, les hommages aux neuf victimes se multiplient depuis quatre jours. Une émotion partagée à quelques kilomètres de là, dans la ville de Columbia, la capitale de la Caroline-du-Sud, une manifestation devant le Parlement local demande le retrait du drapeau confédéré.

Une législation urgente

Ces manifestants y voient le symbole de l'esclavagisme des États du Sud, un drapeau qui entretient le racisme selon eux. "Nous savons ce que ce drapeau symbolise, on connaît cette haine, on connaît le danger qu'il représente", dénonce une militante noire. À la suite de la tuerie de Charleston, le président a rappelé sur les réseaux sociaux l'urgence de légiférer sur les armes à feu. Une mesure restée au point mort face au lobby des armes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des habitants de Charleston (Caroline du Sud) se recueillent, le 18 juin 2015, devant l\'église où un homme a tué neuf personnes, le 17 juin.
Des habitants de Charleston (Caroline du Sud) se recueillent, le 18 juin 2015, devant l'église où un homme a tué neuf personnes, le 17 juin. (CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)