Brésil : manifestation massive contre la politique environnementale de Jair Bolsonaro

Le président brésilien espère voir approuver au pas de charge des lois controversées. L'un de ces textes vise à légaliser l'exploration minière sur des terres censées être réservées aux activités traditionnelles des autochtones.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des Brésiliens manifestent contre la politique environnementale de Jair Bolsonaro, à Brasilia, le 9 mars 2022.  (SERGIO LIMA / AFP)

Plusieurs milliers de manifestants ont répondu, mercredi 9 mars, à l'appel du célèbre chanteur brésilien Caetano Veloso pour protester devant le Parlement à Brasilia contre la politique environnementale du président Jair Bolsonaro, qui espère voir approuver au pas de charge des lois controversées.

Pour pallier une éventuelle pénurie d'engrais venus de Russie en raison du conflit en Ukraine, l'un de ces textes vise à légaliser l'exploration minière sur des terres censées être réservées aux activités traditionnelles des autochtones.

La manifestation a rassemblé d'autres artistes importants de la scène brésilienne, comme Daniela Mercury, le rappeur Emicida ou le chanteur et acteur Seu Jorge, et des dizaines de militants associatifs, mobilisés contre le "paquet de la destruction", des lois qui pourraient affecter notamment les territoires indigènes en Amazonie.

"La déforestation est hors de contrôle" 

"C'est une mobilisation inédite (...), le Brésil vit son moment le plus grave pour ce qui est de l'environnement depuis la redémocratisation [après la dictature militaire de 1964 à 1985]", a déclaré Caetano Veloso lors d'une audience au Sénat avant de rejoindre la manifestation.

"La déforestation est hors de contrôle, la violence contre les indigènes ne cesse d'augmenter et notre crédibilité internationale est au plus bas", a ajouté l'icône du mouvement tropicaliste, connu pour ses chansons engagées durant les années de plomb du régime militaire.

Les alliés du président Bolsonaro tentent de faire adopter à la Chambre des députés le régime d'urgence pour l'examen d'un projet de loi qui permettrait "d'explorer des réserves de potassium [utilisé dans de nombreux engrais] et garantir les engrais suffisants pour l'agriculture", a expliqué le député Ricardo Barros, leader de la majorité présidentielle.

Le conflit en Ukraine, "un prétexte" pour Bolsonaro et ses alliés 

Avec ce régime d'urgence, ce texte pourra être débattu directement en séance plénière, sans passer par des commissions. S'il est approuvé, il devra encore passer par le Sénat pour entrer en vigueur.

Puissance agricole majeure, le Brésil importe plus de 80% de ses engrais. Pour ce qui est du potassium, la proportion est encore plus écrasante : 96%. La Russie, principal fournisseur du Brésil, représente 20% des engrais importés par la première économie d'Amérique Latine.

Selon le député Rodrigo Agostinho, du Front parlementaire écologiste, les bolsonaristes utilisent le conflit en Ukraine comme "prétexte". "Ce projet vise en fait à autoriser des mines qui sont illégales aujourd'hui. Ça n'a rien à voir avec les engrais. La plupart du potassium du Brésil se trouve dans d'autres Etats, pas en Amazonie, et en dehors de réserves indigènes", a-t-il expliqué. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amazonie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.