Cet article date de plus d'un an.

Soudan : l'Égypte s'inquiète des troubles chez son voisin , analyse un géopoliticien

Alors que les affrontements entre des groupes paramilitaires et l'armée continuent au Soudan, l'Égypte redoute une propagation de l'instabilité dans la région, selon Marc Lavergne, géopoliticien spécialiste de la Corne de l'Afrique.
Article rédigé par Christian Chesnot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
De la fumée sort d'un bâtiment à Khartoum, au Soudan, le 19 avril 2023. (AFP)

Dans la flambée de violence au Soudan, l'Égypte espère une trève durable entre les deux généraux rivaux, qui font parler les armes pour se départager. Inquiet des troubles chez son voisin, Abdel Fattah al-Sissi, le numéro un égyptien, redoute une propagation de l'instabilité dans la région. Depuis les Pharaons, l'Égypte considère le Soudan comme son arrière-cour, sa profondeur stratégique avec comme un lien éternel, le Nil, qui unit les deux peuples.

>> Soudan : quatre questions pour comprendre les combats qui secouent le pays

"Le Soudan c'est un peu le petit frère de l'Égypte, c'est turbulent, analyse Marc Lavergne, géopoliticien spécialiste de la Corne de l'Afrique. C'est difficile à comprendre pour l'Égypte, parce que c'est le contraire de l'Égypte, qui est un pays très uni, alors que le Soudan est assez complexe. On le voit bien là, en termes de différents peuples et tribus qui s'y trouvent et qui éventuellement s'y confrontent."

L'Égypte soutient l'armée soudanaise 

Dans le conflit qui oppose les deux généraux soudanais à ses portes, l'Égypte peut-elle jouer un rôle de médiation ? C'est loin d'être évident, poursuit Marc Lavergne, car Le Caire n'est pas un acteur neutre dans cette affaire. "L'armée égyptienne est présente au Soudan, il y a de l'aviation égyptienne prépositionnée à Méroé. On le voit puisque les supplétifs d'Hemedti ont essayé de s'emparer de la base aérienne de Méroé où il y a ces avions égyptiens en particulier." 

>> Soudan : la communauté internationale "ne peut absolument rien faire", déplore un spécialiste

L'Égypte soutient l'armée soudanaise et son chef, le général Burhrane et se méfie de son rival, le général Hemedti, perçu par Le Caire comme un élément déstabilisateur du fragile État soudanais, un homme qui pourrait remettre en cause les intérêts égyptiens.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.