Covid-19 : l'Afrique du Sud veut introduire un "passeport vaccinal"

Les autorités ont enregistré plus de 2,8 millions de cas de coronavirus depuis le début de la pandémie, et 84 877 décès, ce qui en fait le pays le plus touché d'Afrique par la pandémie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un infirmier administre un vaccin Sinovac à une adolescente à l'Université des sciences de la santé Sefako Makgatho de Pretoria, le 10 septembre 2021. (PHILL MAGAKOE / AFP)

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé, dimanche 12 septembre, son intention d'introduire un "passeport vaccinal", dans un contexte de défiance généralisée à l'égard du vaccin contre le Covid-19, dans le pays du continent le plus touché par le virus. Dans une allocution télévisée à la nation, Cyril Ramaphosa a assuré que l'immunisation de la population adulte était un préalable nécessaire pour rouvrir complètement l'économie et éviter une quatrième vague d'infections, alors que le nombre de cas a fortement baissé dans le pays. Dans deux semaines, nous "fournirons de plus amples informations sur un système de 'passeports vaccinaux' qui pourront être utilisés comme preuve de vaccination à diverses fins et lors de divers événements", a-t-il déclaré sans fournir plus de détails.

(Vaccinons autant de personnes que possible pour aller de l'avant et reconstriuire notre économie et nos vies)

Assouplissement 

Selon le président sud-africain, la "baisse soutenue des infections (...) au cours des dernières semaines" permettrait toutefois d'assouplir les mesures restrictives à partir de ce lundi 13 septembre. Le couvre-feu nocturne sera repoussé d'une heure, à 23 heures, et les limites de rassemblements seront relevées. Les restrictions sur la vente d'alcool seront également assouplies, bien que les masques de protection restent obligatoires dans les lieux accueillant du public. Le pic d'une troisième vague tenace due au variant Delta est maintenant dépassé. Au cours des sept derniers jours, le nombre moyen de nouvelles infections quotidiennes a baissé de 29% par rapport à celui de la semaine précédente et de 48% en comparaison avec la semaine d'avant, a déclaré Cyril Ramaphosa.

"Si de nombreuses personnes ne sont pas vaccinées (...), le risque d'apparition de nouveaux variants plus dangereux est beaucoup plus grand"

Cyril Ramaphosa, président de l'Afrique du Sud

dans une allocution télévisée

Après les retards pris dans l'approvisionnement et la distribution des doses, la campagne de vaccination peine désormais à décoller en raison du septicisme à l'égard du vaccin, en particulier chez les hommes.

Nouveau variant

A ce jour, un peu plus de sept millions de personnes ont été entièrement vaccinées en Afrique du Sud, plus d'un quart des adultes ayant reçu au moins une dose de vaccin. Le pays a pour objectif de vacciner 40 millions de Sud-Africains, soit environ deux tiers de la population, d'ici mars prochain. Les autorités ont enregistré plus de 2,8 millions de cas de coronavirus depuis le début de la pandémie, et 84 877 décès, ce qui en fait le pays le plus touché d'Afrique par la pandémie. Les scientifiques sud-africains surveillent un nouveau variant local présentant un taux de mutation inhabituellement élevé, baptisée C.1.2, bien que sa présence soit pour l'instant marginale parmi les nouveaux cas détectés dans le pays.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.