Homophobie : le président sénégalais Macky Sall soutient le joueur du PSG Idrissa Gueye

Le président demande le respect des "convictions religieuses" du footballeur. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le président sénégalais Macky Sall lors de l'ouverture du stade du Sénégal à Dakar, le 22 février 2022. (CEM OZDEL / ANADOLU AGENCY)

Alors que le conseil national de l'éthique (CNE) de la Fédération française de football (FFF) demande au joueur du Paris SG Idrissa Gana Gueye d'expliquer s'il a oui ou non refusé de porter un maillot aux couleurs LGBT, le joueur a reçu la veille, mardi 17 mai, le soutien du président sénégalais Macky Sall qui demande le respect des "convictions religieuses" du footballeur. Gana Gueye est visé par des critiques en France après le refus qui lui est prêté de s'associer à la lutte contre l'homophobie et d'arborer un maillot arc-en-ciel. Comme l'année dernière, le joueur du PSG n'a pas joué samedi face à Montpellier (4-0) lors de la journée dédiée à la lutte contre l'homophobie, une nouvelle défection qui lui a attiré des critiques en France, mais aussi des soutiens dans son pays, le Sénégal.

Homosexualité

Le message du président sénégalais a rencontré un grand succès sur Twitter et a été partagé près de 19 000 fois. Au Sénégal, Gueye et ses collègues de la sélection sont adulés. Le joueur du PSG a fait partie de l'équipe qui a remporté en février au Cameroun la première Coupe d'Afrique des Nations (CAN) du pays, face à l'Egypte. Dans ce pays musulman à 95% et très pratiquant, les relations homosexuelles sont interdites. La loi existante stipule que "sera puni d'un emprisonnement d'un à cinq ans et d'une amende de 100 000 à 1 500 000 francs (152 à 2 286 euros) quiconque aura commis un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe". Macky Sall, dont le pays est souvent cité en exemple d'Etat de droit en Afrique, a toujours invoqué les spécificités du Sénégal pour refuser une dépénalisation de l'homosexualité. 

Soutien 

Les messages de soutien au milieu défensif du PSG et de la sélection nationale ont continué à affluer au Sénégal. Le ministre des Sports Matar Bâ a défendu Gueye dans une déclaration à la presse lundi soir en indiquant que "quand on signe (un contrat avec un club), c'est pour jouer au foot, ce n'est pas pour faire la promotion de quoi que ce soit ou mettre de côté ses convictions"

L'ex-Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a encouragé Gueye en lui disant : "Tiens bon, Gaïndé", lion en langue wolof, surnom de la sélection nationale de football, dans un message sur Twitter accompagné de versets du Coran. L'écrivain et intellectuel Boubacar Boris Diop, lauréat du très prestigieux Prix Neustadt, affirme sa "solidarité totale avec Idrissa Gana Gueye", sur Twitter.

De nombreux Sénégalais ont mis mardi en statut Whatsapp le message de soutien du président sénégalais ou des photos de Gueye en pèlerinage à la Mecque.

Silence

Idrissa Gana Gueye ne s'est pas prononcé publiquement sur les raisons de son absence du terrain face à Montpellier. L'entourage du joueur, contacté par l'AFP, a refusé d'expliquer les raisons de cette absence. Elles sont en revanche limpides pour les associations de lutte contre l'homophobie. "Il avait déjà fait le coup l'année dernière. Ça ne fait guère de doutes sur ses intentions", estime Bertrand Lambert, le président des Panam Boyz and Girlz United, club ouvert à la diversité.

Idrissa Gueye n'avait pas non plus joué l'année dernière, invoquant alors une gastro-entérite. Samedi, l'entraîneur du Paris SG Mauricio Pochettino a évoqué des "raisons personnelles", précisant que son joueur "n'était pas blessé".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sénégal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.