RDC : de jeunes garçons "plusieurs fois violés" pris en charge à l'hôpital du Dr Mukwege

Les victimes sont soignées et soutenues par la fondation du médecin congolais qui habituellement s'occupe de "réparer" des femmes violées dans l'est du Congo.

L\'hôpital de Panzi du Dr Mukwege à Bukavu, dans l\'est de la République démocratique du Congo, soigne les victimes de viols (octobre 2018).
L'hôpital de Panzi du Dr Mukwege à Bukavu, dans l'est de la République démocratique du Congo, soigne les victimes de viols (octobre 2018). (ALAIN WANDIMOYI / AFP)

Quatorze jeunes garçons âgés de 8 à 15 ans sont actuellement soignés à l’hôpital de Panzi à Bukavu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), après avoir été victimes de viols répétés. Leur prédateur, qui se faisait passer pour un pasteur, a été arrêté.

Un double tabou

Créé par le gynécologue Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix, l’hôpital de Panzi soigne habituellement les femmes violées au Sud-Kivu, dans l'est du pays. Mais cette fois, les victimes sont de jeunes garçons. Des mineurs qui racontent avoir été agressés sexuellement par un homme qui achetait leur silence en échange de petits cadeaux. En plus de leur souffrance physique, les garçons sont rongés de culpabilité et de honte. Ils affrontent ainsi un double tabou, celui du viol et de l’homosexualité. 

L’homosexualité est contraire à leur culture. (…) Cela amène les enfants à croire qu’ils sont souillés, qu’ils ont offensé Dieu, donc qu’ils sont devenus impursEvariste Kajibwami, psychologue à l’hôpital de Panzi

Le soutien de la Fondation Panzi

Les enfants sont soignés depuis le 26 avril par l’équipe de l’hôpital de Panzi, habituée aux cas extrêmes et aux témoignages poignants. Tous racontent avoir été abusés plusieurs fois par un homme qui se faisait passer pour un pasteur créant ainsi un sentiment de confiance. L’agresseur âgé d’une trentaine d’années a été arrêté après avoir été dénoncé par l’une des victimes. Après plusieurs semaines de calvaire, l'un des enfants s'est confié à ses parents qui ont lancé l’alerte et permis de retrouver les autres victimes. Celles-ci ont été aussitôt prises en charge par la Fondation Panzi.

Comme ils sont venus à temps, il y a beaucoup de chance qu’ils ne développent pas de troubles dans l’avenirEvariste Kajibwami, psychologue à l’hôpital de Panzi

La Fondation Panzi de Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix 2018, a promis de tout faire pour que ce crime ne reste pas impuni. Elle s’est déjà portée partie civile dans plusieurs procès de viols dans lesquels les prévenus ont été condamnés.