Que devient le clan Kadhafi, dix ans après la révolution en Libye ?

Le sort de la famille du dictateur semble aussi confus que celui du pays.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Comparution en vidéoconférence de Saïf Al-Islam Kadhafi, fils de Mouammar Kadhafi, devant la cour pénale de Tripoli dans le cadre d'un procès expéditif en mai 2014. (HAZEM TURKIA / ANADOLU AGENCY)

Lancé le 15 février 2011, le soulèvement populaire en Libye a mis fin au règne du clan Kadhafi. Une famille jadis ultra puissante dont on entend moins parler depuis la chute du dictateur. Où sont ses héritiers ? Combien sont-ils ? Où vivent-ils ? Voici quelques réponses, même si un certain mystère entoure la vie des enfants du dictateur déchu.

Trois fils tués

Le premier mystère est le nombre d’enfants du "guide" de la République islamique. Huit, neuf ou dix ? Les versions divergent tant cette famille a alimenté les rumeurs les plus folles. A priori, ils sont dix (huit enfants biologiques et deux enfants adoptifs). Trois des fils de Mouammar Kadhafi ont été tués lors du soulèvement, Seif al-Arab, Khamis et Mouatassim. Ce dernier est mort aux mains des rebelles, le même jour que son père. Les autres ont survécu et se trouvent en prison, en exil ou en fuite.

Deux fils en prison

Dix ans après la chute du régime, deux fils Kadhafi se trouvent aujourd’hui en prison. Saadi (47 ans), un ex-footballeur qui avait tenté sans succès une carrière professionnelle en Italie avant de diriger une unité d'élite de l'armée libyenne. Il est emprisonné depuis 2014 à Tripoli. Son frère Hannibal (45 ans), un rebelle excentrique qui a eu des démêlés judiciaires en France, se trouverait dans une prison au Liban. Il avait été arrêté en 2015 dans ce pays où il était allé rejoindre sa femme libanaise.

Deux enfants en exil

Dans la famille Kadhafi, il y a aussi ceux qui se sont installés à l’étranger sous certaines conditions, pas toujours connues. Le fils aîné Mohamed (50 ans), né d'un premier mariage, décrit lui aussi comme influent mais discret, s’était dans un premier temps réfugié dans l'Algérie voisine avant d’obtenir l’asile au sultanat d’Oman. C’est dans ce même pays que se trouvent aussi sa sœur Aïcha (44 ans), l'avocate de la famille connue notamment pour avoir défendu l'ex-président irakien Saddam Hussein, et sa mère Safia, deuxième épouse du dictateur.

Et les autres ?

Le plus connu de tous les fils Kadhafi est sans doute Saïf al-Islam (48 ans), longtemps considéré comme "le dauphin" du dictateur. Capturé en novembre 2011 par un groupe armé à Zenten, au sud-ouest de Tripoli, ce dernier a été condamné à mort en 2015 à l'issue d'un procès expéditif. Mais le groupe le détenant a refusé de le livrer aux autorités de Tripoli ou à la Cour pénale internationale (CPI), qui le recherche pour des accusations de crimes contre l'humanité. En 2017, la trace de Saïf al-Islam s'évapore après l'annonce de sa libération. La CPI a pour sa part déclaré l'avoir localisé à Zenten fin 2019 et depuis, c'est le flou total.

Mais le plus grand mystère plane sur la fortune du dictateur estimée à plusieurs centaines de milliards de dollars. Un rapport de l’ONU publié en juin 2017 avait relancé le débat sur la question. "Après des années de recherches, les enquêteurs des Nations unies n’ont pas réussi à dénicher l’argent liquide et l’or qui ont mystérieusement disparu après la mort du dictateur Kadhafi et la chute de son régime", soulignait le quotidien de référence canadien The Global and Mail juste après la publication du rapport.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.