LA PHOTO. Présidentielle en RDC: des préparatifs qui annoncent bien des tensions

A trois mois de la présidentielle, la liste des 21 candidats a été publiée sans les noms de Bemba ni de Katumbi, les deux principaux opposants refoulés sous divers prétextes. Sans cesse reporté par le maintien de Joseph Kabila au pouvoir, le scrutin est très attendu par la population, désormais frustrée par un choix réduit de candidats. Et par l'utilisation de machines à voter, source d'erreurs.

Le 19 septembre 2018, le collectif d\'actions de la société civile (CASC) avait organisé un sit-in devant l\'hôtel du gouvernement de la capitale de la RDC. Il n\'a pas eu le temps d\'y déposer son memorandum pour exiger «une transition citoyenne sans Kabila et l\'abandon de la machine à voter». Les policiers sont intervenus à coups de crosses, blessant cinq manifestants. Le CASC a promis d\'organiser d\'autres rassemblements pacifiques.
Le 19 septembre 2018, le collectif d'actions de la société civile (CASC) avait organisé un sit-in devant l'hôtel du gouvernement de la capitale de la RDC. Il n'a pas eu le temps d'y déposer son memorandum pour exiger «une transition citoyenne sans Kabila et l'abandon de la machine à voter». Les policiers sont intervenus à coups de crosses, blessant cinq manifestants. Le CASC a promis d'organiser d'autres rassemblements pacifiques. (Kenny-Katombe BUTUNKA)
A Kinshasa, la police disperse des manifestants réclamant un scrutin libre Le 19 septembre 2018, le collectif d'actions de la société civile (CASC) avait organisé un sit-in devant l'hôtel du gouvernement de la capitale de la RDC. Il n'a pas eu le temps d'y déposer son memorandum pour exiger «une transition citoyenne sans Kabila et l'abandon de la machine à voter». Les policiers sont intervenus à coups de crosses, blessant cinq manifestants. Le CASC a promis d'organiser d'autres rassemblements pacifiques.