Acted, une ONG française très active au Niger

Acted a perdu sept de ses membres assassinés lors d'une attaque terroriste. Elle œuvre dans les régions les plus dangereuses du pays.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des jeunes d'un village de la région de Tillabéry assistent à un rassemblement des habitants suite à une attaque terroriste, le 12 mai 2020. (BOUREIMA HAMA / AFP)

Acted est la seconde ONG de France derrière Médecins sans Frontières. Elle mène actuellement des actions dans 37 pays, essentiellement en Afrique, mais aussi au Moyen Orient et en Asie centrale.

Du reste c'est en Afghanistan que l'ONG a été créée et a réalisé sa première opération en 1993.
"Nous œuvrons sur le dernier kilomètre de l’action humanitaire", revendique Acted sur son site internet. Dans son rapport annuel elle se targue d'avoir mis en œuvre 419 projets et soutenu plus de 20 millions de personnes à travers le monde en 2019. Pas moins de 6000 humanitaires sont engagés à ses côtés.

Des zones très dangereuses

Acted est présente au Niger depuis 2010

et intervient dans trois régions : Diffa, Maradi et Tillabéry. Près de 160 personnes y sont employées. Diffa, près du lac Tchad, à la frontière du Nigeria, est au cœur d'une région où sévit le groupe Boko Haram.

Tillabéry, au nord de Niamey, la capitale du Niger, est située dans la zone dite des trois frontières, et subit les attaques des terroristes. 71 soldats nigériens y ont été tués en décembre 2019, lors d'une attaque revendiquée par le groupe Etat islamiste, puis 89 autres lors d'une nouvelle attaque en janvier 2020.

Un million de personnes secourues au Niger

Au Niger, Acted tente de répondre aux besoins des populations déplacées par les conflits, notamment à Tillabéry. Il s'agit de fournir des abris de fortune et d'assurer l'accès à l'eau pour les réfugiés, mais aussi pour les populations hôtes.
Au total, selon l'ONG, Acted a secouru un million de personnes au Niger depuis 2010.

Autant d'actions qui en font une cible pour les terroristes de tous bords. Mais c'est pourtant dans une zone réputée bien moins dangereuse, située au sud de Niamey, que les humanitaires ont été attaqués. Attaque préméditée ou pas? Nul ne le sait pour l'heure.

Sept de ses membres ont été assassinés ce dimanche 9 août. Dans un bref communiqué l'ONG rappelle que "les humanitaires ne devraient jamais être une cible". "Nos collègues travaillaient pour soutenir les communautés nigériennes en difficulté, motivés par les valeurs d’humanité et de solidarité."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.