Ethiopie : un trésor photographique datant des années 1900 exposé à Paris

"Trésors photographiques retrouvés - mer Rouge, Erythrée, Tigré, Ethiopie (1880-1936)" est un voyage en Abyssinie sous occupation italienne, sur les terres d’élection de Rimbaud et de Monfreid.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Porteuse d'eau abyssine, une  photo de l’exposition "Trésors photographiques retrouvés - mer Rouge, Erythrée, Tigré, Ethiopie (1880 – 1936)". (JOSE-MARIE BEL COLLECTION)

Scènes de la vie quotidienne et portraits ethnographiques bouleversants constituent une rare collection photographique, autour de l'Ethiopie et de l'Erythrée actuels, présentée à Paris du 26 octobre 2022 au 5 février 2023.

Photographes inconnus

A l'origine de l'exposition "Trésors photographiques retrouvés - mer Rouge, Erythrée, Tigré, Ethiopie (1880-1936)", un vieil album découvert près de Rome par José-Marie Bel, historien et ethnologue. L’ouvrage comportait 300 photographies noir et blanc datant des années 1900-1936. Sur la couverture cuir élimée, on pouvait lire "Fondazione dell’Impero, IX maggio anno XIV", référence à la création de  l’Afrique orientale italienne (AOI, colonie italienne en Afrique de l'Est) par Mussolini le 9 mai 1936.

Le contenu de ce "vieux grimoire" montre des paysages, des sites et surtout des portraits d’hommes, femmes et enfants photographiés lors d’un long périple allant des rivages de la mer Rouge au lac Tana, au centre de l’Ethiopie, en passant par les hauts plateaux de l’Erythrée et du Tigré. "On ne connaît pas le nom du ou des photographes, mais la grande qualité des tirages montrent qu’il s’agit d’un travail de professionnels", indique José-Marie Bel qui est aussi architecte, restaurateur de la Maison Rimbaud à Aden (Yemen) et cofondateur, avec le professeur Théodore Monod, de l'espace muséographique Reine de Saba, à Paris.

Danse de jeunes filles qui font valser leur chevelure, une pratique qui perdure aujourd'hui dans la région du Tigré, en Ethiopie.  (JOSE-MARIE BEL COLLECTION)

Après une longue enquête qui a permis de récolter les témoignages d’une époque révolue et d’enrichir sa collection, José-Marie Bel propose aujourd’hui 500 photographies, cartes géographiques, gravures, timbres et clichés albuminés couvrant la période 1870-1885. 

Sur les traces de Rimbaud, Monfreid et Pratt

Dans ce cabinet des curiosités, on croise également à travers plusieurs documents Arthur Rimbaud − arrivé en 1880 à Aden puis à Harar en Ethiopie −, Henry de Monfreid − l’auteur des Secrets de la mer Rouge y séjourne de 1911 à 1941 −, ou encore Hugo Pratt, auteur des Corto Maltese et d’Ethiopiques, engagé à 17 ans dans l’armée coloniale italienne. 

Ces photos, souvent des grands formats, ont été exposées en Erythrée et en Ethiopie en 2020 où elles ont suscité beaucoup d'émotion. "Des milliers de personnes sont venues voir l’exposition à l’Alliance française, à Asmara et à Addis-Abeba. Jamais, ils n’avaient vu des photos de cette époque, ils ont reconnu des lieux, des tribus, des personnes... C’était très enthousiasment, nous avions tant de projets ensemble sur place mais tout s’est arrêté à cause de la guerre au Tigré", confie José-Marie Bel

L'exposition est un voyage magique sur les bords de la mer Rouge au temps des boutres poussées par les vents de mousson, mais aussi la découverte d’une région mal connue, qui a accueilli en son temps le royaume de la reine de Saba, puis les premières églises chrétiennes.

A gauche, écclésiastique des hauts plateaux abyssins. A droite, guerrier kunama. (JOSE-MARIE BEL COLLECTION)

L'exposition "Trésors photographiques retrouvés - mer Rouge, Erythrée, Tigré, Ethiopie (1880 - 1936)" est visible à Paris du 26 octobre au 5 février 2023, au  30 rue Pradier 75019 Paris.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ethiopie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.