Centrafrique : Bangui négocie avec le chef rebelle Joseph Kony

Poursuivi pour crimes de guerre, le leader de l'Armée de résistance du Seigneur se trouve en Centrafrique, où il discute avec les autorités, selon un responsable de l'ONU.

Joseph Kony, le chef de l\'Armée de résistance du Seigneur (LRA), à Ri-Kwamba, au Sud-Soudan, le 12 novembre 2006.
Joseph Kony, le chef de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), à Ri-Kwamba, au Sud-Soudan, le 12 novembre 2006. (STUART PRICE / AFP )

Les nouvelles autorités centrafricaines négocient avec le chef de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), annonce mercredi 20 novembre un responsable de l'ONU. Cette rébellion ougandaise, qualifiée de sanguinaire, a tué plus de 100 000 personnes en Afrique centrale ces 25 dernières années, selon un récent rapport des Nations unies. Elle a aussi enlevé de 60 000 à 100 000 enfants et provoqué le déplacement de 2,5 millions de personnes depuis 1987.

Son chef, Joseph Kony, qui vit dans la clandestinité, est accusé de crimes contre l'humanité et traqué par les Etats-Unis et la Cour pénale internationale. En 2012, une vidéo de l'ONG Invisible Children (en anglais) évoquant les crimes de la LRA avait ému des dizaines de millions d'internautes.

Des "contacts" avec le président Djotodia

Poursuivi pour crimes de guerre, Joseph Kony se trouve en Centrafrique, où il discute avec les autorités de Bangui, selon le représentant spécial de l'ONU pour l'Afrique centrale, Abou Moussa. La Centrafrique est en proie au chaos depuis la prise de pouvoir, en mars, de la coalition rebelle Séléka dirigée par Michel Djotodia.

Le président centrafricain "nous a dit qu'il était en contact" avec Kony, qu'il était peut-être malade, et qu'il lui avait fourni "des sacs de nourriture" à sa demande, a précisé Abou Moussa. Selon le dirigeant, Joseph Kony "a demandé un endroit où s'installer en République centrafricaine" mais le diplomate doute, lui, qu'il ait l'intention de renoncer à ses exactions. "Il est dangereux de lui fournir de la nourriture tant qu'il ne s'est pas rendu", a-t-il estimé.