Incendies en Algérie : comment s'organise l'aide au pays endeuillé et en guerre contre les flammes

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Des volontaires de l'association SIDRA participent à une initiative avec la Banque alimentaire algérienne pour envoyer des colis d'aide aux victimes des incendies de forêt en Kabylie dans la capitale algérienne Alger, le 12 août 2021. (RYAD KRAMDI / AFP)

Au moins 69 personnes sont mortes dans les feux qui ravagent le nord de l'Algérie, selon un bilan officiel publié mercredi soir.

Les flammes continuent de ravager le nord de l'Algérie et notamment les hauteurs de la Kabylie, engloutissant sur leur passage de nombreuses habitations. Depuis lundi, les incendies ont causé la mort d'au moins 69 personnes, dont 28 militaires et 41 civils. Les efforts pour venir à bout des feux se poursuivent sans relâche.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a décrété un deuil national de trois jours à partir de jeudi 12 août, selon un communiqué de la présidence. Et "la prière de l'absent", en hommage aux victimes, sera dite vendredi dans les mosquées du pays. 

Face à l'ampleur de la catastrophe et au manque de réponses des autorités, les internautes se sont mobilisés pour lancer des appels à l'aide pour les habitants des villages touchés. Franceinfo vous explique comment cette solidarité s'organise. 

Les Algériens se mobilisent

Des images impressionnantes, accompagnées d'appels à l'aide, circulent sur les réseaux sociaux, avec des troncs calcinés, du bétail agonisant et des villages assiégés. Depuis mardi, des appels à envoyer de l'aide – nourriture, eau, médicaments – pour les habitants des villages touchés se sont multipliés.

Plusieurs camions sont partis de la capitale, Alger, transportant du matériel offert par des citoyens et des commerçants.

D'autres appels ont été lancés exhortant les autorités à solliciter une assistance internationale.

Le gouvernement a de son côté conclu un accord commercial avec l'Union européenne pour la location "de deux avions de lutte contre les incendies qui étaient utilisés dans l'opération de lutte contre les incendies en Grèce", selon un communiqué publié mercredi.

La diaspora s'organise en France

En France, la diaspora et des ONG se mobilisent pour envoyer du matériel aux zones sinistrées par l'intermédiaire d'organisations locales, comme elles l'ont fait pour l'envoi de bouteilles d'oxygène en plein pic de l'épidémie de Covid-19. Plusieurs appels aux dons ont été lancés sur les réseaux sociaux et des départs de dizaines de convois convergent vers le nord de l'Algérie, toujours en proie à de violents incendies.

A Paris, jeudi, des bénévoles de l'association Tiwizi Internationale, qui rassemble des membres de la diaspora kabyle en France, étaient réunis afin de collecter des médicaments pour soigner les brûlures et du matériel médical. "On voit les maisons où on a grandi et on se sent impuissant", confie à franceinfo Yanisse, un volontaire de 19 ans qui vit en France depuis quatre ans.

Le président de l'association, Yasin At Seid, confie à franceinfo se heurter à des difficultés d'acheminement. "On est à la recherche d'un transitaire pour faire parvenir au plus vite les dons. On est même prêts à mobiliser la diaspora s'il le faut", souffle-t-il. La collecte de dons se poursuivra jusqu'à dimanche, précisent les organisateurs.

Paris envoie deux Canadairs

La France va envoyer deux Canadairs et un avion de commandement en Kabylie,  pour aider à lutter contre les incendies, a annoncé le président Emmanuel Macron mercredi. 

Les trois appareils ont atterri jeudi, a précisé Emmanuel Macron dans un tweet. Ils prêteront main-forte aux secours pour faire face aux terribles incendies. Ces Canadairs sont envoyés dans le cadre du mécanisme de protection civile de l'Union européenne, précise la Sécurité civile dans un tweet.

Le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, a exprimé, sur Twitter, la "solidarité" de la France avec le peuple algérien, disant qu'elle se tenait "prête à apporter son appui".

Benoît Payan, le maire de Marseille, a fait savoir, sur Twitter, que "la ville de Marseille se tient prête à envoyer des marins-pompiers, des moyens et du matériel en Kabylie si l’Algérie nous en fait la demande."

Jeudi, le gouvernement algérien n'avait pas encore réagi à cette proposition.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Algérie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.