Guerre d'Algérie : la fusillade du 26 mars 1962, un massacre "impardonnable" selon Emmanuel Macron

Publié
Guerre d'Algérie : la fusillade du 26 mars 1962, un massacre "impardonnable" selon Emmanuel Macron
FRANCEINFO
Article rédigé par
C.Gascard, C.Demangeat, A.Tribouart, PH.Deslandes, L.Marques, L.Hauville - franceinfo
France Télévisions

Mercredi 26 janvier, Emmanuel Macron a évoqué la fusillade du 26 mars 1962 à Alger (Algérie). Il qualifie cet acte comme "impardonnable".

C'est une déclaration forte de la part d'Emmanuel Macron. Après le pardon aux Harkis en septembre 2021, le chef de l'État s'est cette fois-ci adressé aux Pieds-noirs, les Français rapatriés d'Algérie. Lors d'une allocution qui a eu lieu mercredi 26 janvier, il est revenu sur la fusillade du 26 mars 1962 à Alger, où une dizaine de partisans de l'Algérie française ont été tués par l'armée. Le président de la République a évoqué le traumatisme de milliers de familles et qualifié d'"impardonnable" ce massacre.

Un drame passé sous silence

C'est un drame passé sous silence et un geste fort passé aux rapatriés d'Algérie. "Soixante ans après, la France reconnaît aujourd'hui cette tragédie. Et je le dis haut et fort, le massacre du 26 mars 1962 est impardonnable pour la République", a déclaré Emmanuel Macron. Cela marque un nouveau pas vers le pardon entre la France et les Pieds-noirs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.