Emmanuel Macron se rendra en Algérie du 25 au 27 août pour relancer la relation entre les deux pays

Après plusieurs mois de crise, ce déplacement doit contribuer, entre autres, "à approfondir la relation bilatérale", a annoncé l'Elysée samedi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président français, Emmanuel Macron, le 22 juillet 2022 à l'Elysée, à Paris.  (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Une visite destinée à relancer le partenariat entre les deux pays, après plusieurs mois de crise. Le président français Emmanuel Macron se rendra en Algérie du jeudi 25 au samedi 27 août, a annoncé l'Elysée, samedi 20 août. Lors d'un entretien téléphonique avec son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune, "le président de la République a remercié son homologue pour son invitation à venir en visite en Algérie", précise l'Elysée. 

"La conversation entre les deux présidents a notamment porté sur la préparation de ce déplacement, qui contribuera à approfondir la relation bilatérale tournée vers l’avenir au bénéfice des populations des deux pays, à renforcer la coopération franco-algérienne face aux enjeux régionaux et à poursuivre le travail d’apaisement des mémoires", ajoute la présidence française samedi. 

Le président français a également présenté "ses condoléances au Président Tebboune, à l'ensemble du peuple algérien et aux familles et proches des victimes des terribles incendies des derniers jours""Le chef de l'Etat a fait part à son homologue de la disponibilité de la France à fournir à l'Algérie des moyens terrestres et aériens pour y faire face", a précisé l'Elysée.

Une crise diplomatique en 2021

Emmanuel Macron effectuera de jeudi à samedi son deuxième voyage en tant que président en Algérie, après une visite en décembre 2017. Il se rendra à Alger et Oran, a précisé l'Elysée. Le 18 juin, les dirigeants français et algérien avaient exprimé, lors d'une conversation téléphonique, leur volonté "d'approfondir" les relations entre les deux pays, avait annoncé la présidence algérienne. Une volonté de réconciliation après une grave crise diplomatique au début de l'automne dernier.

Le ton était monté fin septembre 2021, lorsque la France avait décidé de durcir les conditions d'obtention des visas à l'égard de l'Algérie, du Maroc et de la Tunisie. Une réaction au "refus" de ces trois pays de délivrer les laissez-passer consulaires nécessaires au retour de ressortissants refoulés de France. 

Alger avait ensuite rappelé son ambassadeur à Paris, en réaction à des propos d'Emmanuel Macron affirmant que l'Algérie, après son indépendance en 1962 à la suite de 132 ans de colonisation française, s'était construite sur "une rente mémorielle" entretenue par "le système politico-militaire". Le président français avait également critiqué "une histoire officielle totalement réécrite" par Alger et "un discours qui repose sur une haine de la France"L'ambassadeur était finalement retourné en France le 6 janvier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Algérie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.