Algérie : la jeunesse ne veut pas d'un cinquième mandat pour Bouteflika

Dans les rues d'Alger (Algérie), des milliers de manifestants ont protesté vendredi 22 février contre la nouvelle candidature du président Bouteflika, à sa propre succession. Âgé de 81 ans, il entend enchaîner un cinquième mandat. Il est attendu dans les 48 heures en Suisse pour passer des examens médicaux.

FRANCE 2

"Bouteflika, non à un cinquième mandat !" C'était le mot d'ordre, vendredi 22 février. Dans les rues d'Alger (Algérie) officiellement interdites aux manifestations, des Algériens par centaines, des jeunes pour la plupart. Ils défient le pouvoir. Face-à-face tendu avec les forces de l'ordre alors qu'ils tentent de rejoindre le palais présidentiel. Un peu plus loin, des manifestants ont escaladé une façade d'immeuble pour décrocher un portrait du chef de l'État.

Président de l'Algérie depuis 1999

Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, est de plus en plus diminué, mais candidat à sa propre succession le 18 avril prochain. Il est à la tête du pays depuis 1999. Un cinquième mandat dont la jeunesse ne veut pas, mais que la présidence algérienne assume. Selon les autorités, Abdelaziz Bouteflika se rendra à Genève, en Suisse, dimanche 24 février, pour des examens médicaux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants défilent à Alger (Algérie) contre le cinquième mandat d\'Abdelaziz Bouteflika, le 22 février 2019.
Des manifestants défilent à Alger (Algérie) contre le cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, le 22 février 2019. (RYAD KRAMDI / AFP)