Cet article date de plus de six ans.

Crash du vol d'Air Algérie : les pilotes n'ont pas actionné le système anti-givre

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Le rapport final du Bureau d'enquêtes et analyses (BEA) sur ce crash est attendu pour fin décembre.

L'enquête autour du crash de l'avion d'Air Algérie se précise, neuf mois après la catastrophe. L'accident de l'appareil - qui s'est écrasé entre Ouagadougou et Alger le 24 juillet 2014 - est vraisemblablement lié à une négligence de l'équipage, selon le Bureau d'enquêtes et analyses (BEA).

Les pilotes n'auraient pas activé le dégivrage des capteurs au niveau des moteurs. Une manœuvre pourtant obligatoire en cas d'intempéries.

116 passagers, dont 54 Français

Au bout de 30 minutes de vol, le commandant et sa copilote savaient pourtant qu'il y avait du mauvais temps. En effet, ils ont amorcé un virage à gauche afin d'éviter de traverser un violent orage d'altitude.

D'après le BEA, de la glace s'est déposée sur les capteurs de l'avion. Des capteurs qui déterminent la puissance des moteurs et donc la vitesse de l'appareil. Résultat ? Les pilotes ne réalisent pas qu'ils perdent de la vitesse. L'avion s'écrase alors à plus de 750 kilomètres/heure.

Au total, l'appareil transportait 116 passagers, dont 54 Français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crash du vol d'Air Algérie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.