Afghanistan : le fils du commandant Massoud lance un appel à la résistance face aux talibans

Ahmad Massoud invite les Afghans à le rejoindre dans la province du Pandjchir pour combattre les talibans.  

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ahmad Massoud, le 5 juillet 2021, dans la province du Pandjchir, en Afghanistan. (AHMAD SAHEL ARMAN / AFP)

"Nous restons seuls debout. Nous ne céderons jamais", prévient Ahmad Massoud. Le fils du commandant Massoud appelle à la résistance face aux talibans en Afghanistan, dans une lettre publiée dans L'Express et La Règle du jeu, le magazine dirigé Bernard-Henri Lévy. "La tyrannie triomphe en Afghanistan. La servitude s'installe dans le bruit et la fureur", alerte le commandant en chef des forces de résistance afghanes dans le Pandjchir.

"La vengeance hideuse va s'abattre sur notre pays martyr. Kaboul déjà gémit. Notre patrie est dans les fers."

Ahmad Massoud, commandant en chef des forces de résistance afghanes dans le Pandjchir

dans une lettre

"Mes compagnons d'armes et moi allons donner notre sang, avec tous les Afghans libres qui refusent la servitude et que j'appelle à me rejoindre dans notre bastion du Pandjchir, qui est la dernière région libre de notre pays à l'agonie, poursuit Ahmad Massoud. Nous sommes, Afghans, dans la situation de l'Europe en 1940. Sauf dans le Pandjchir, la débâcle est totale et l'esprit de collaboration avec les talibans commence à faire école chez les vaincus qui ont perdu cette guerre de leur faute." 

L'Afghanistan se trouve lundi aux mains des talibans après l'effondrement des forces gouvernementales et la fuite à l'étranger du président Ashraf Ghani. "Nous, Afghans, n'avons même pas vraiment perdu de bataille, puisque Kaboul ne s'est pas battue, estime le fils du commandant Massoud. Nos combattants, vieux et jeunes moudjahiddines, ici, dans le Pandjchir, ont repris les armes. Rejoignez-nous, en esprit ou par un soutien direct."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.