Afghanistan : l'Union européenne déplore un gouvernement ni "inclusif" ni "représentatif"

Tous les membres du nouvel exécutif afghan sont des talibans. Et presque tous appartiennent à l'ethnie pachtoune.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des drapeaux de l'Union européenne devant le siège de la Commission européenne, à Bruxelles, le 25 décembre 2020. (FRANCOIS WALSCHAERTS / AFP)

Les talibans ont dévoilé les principales figures de leur nouveau gouvernement. Mais le nouvel exécutif afghan a été critiqué par l'Union européenne dans la foulée de cette annonce. "Après une première analyse des noms annoncés, cela ne ressemble pas à la formation inclusive et représentative de la riche diversité ethnique et religieuse de l'Afghanistan que nous espérions voir et que les talibans promettaient ces dernières semaines", a réagi un porte-parole de l'UE mercredi 8 septembre.

>> Afghanistan : six signes qui montrent que les talibans n'ont pas vraiment changé

La semaine dernière à l'occasion d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, les Vingt-Sept avaient insisté sur la nécessité d'avoir à Kaboul un gouvernement de transition "inclusif et représentatif". C'était "l'une des cinq conditions posées" pour que puissent s'établir des relations entre le bloc européen et le nouveau pouvoir afghan, a rappelé ce porte-parole.

Tous les membres du nouveau gouvernement afghan sont des talibans. Et presque tous appartiennent à l'ethnie pachtoune. Plusieurs des nouveaux ministres, dont certains étaient déjà très influents sous le précédent régime taliban, figurent sur des listes de sanctions de l'ONU. Quatre sont passés par Guantanamo. Le nouveau Premier ministre, Mohammad Hassan Akhund, est connu pour avoir approuvé la destruction en 2001 des bouddhas géants de Bamiyan.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.