Un mort noyé et plusieurs baigneurs secourus dans les Landes

Alors que les plages sont prises d'assaut par les baigneurs en ce week-end aux températures estivales, plusieurs baigneurs ont été secourus en Gironde, dont l'un est hospitalisé dans un état très grave.

La plage du Porge, le 2 août 2007. 
La plage du Porge, le 2 août 2007.  (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)

En ce mois d'octobre, la France profite de températures estivales. Mais ceux qui veulent se rafraîchir doivent rester très prudents, notamment sur le littoral atlantique où les plages ont été prises d'assaut samedi 18 octobre. Un Autrichen de 47 ans est mort noyé, dans les Landes.

Son corps a été retrouvé en début de soirée sur une plage de Contis, dans le nord du département, une demi-heure après que son épouse a signalé sa disparition, déclenchant des recherches par hélicoptère. L'homme serait apparemment parti nager en état d'ébriété, selon une source proche de l'enquête. 

De nombreuses plages non surveillées

Plusieurs baigneurs ont été secourus en Gironde. Sur la plage du Porge à 45 km à l'ouest de Bordeaux, un homme de 31 ans a été secouru et sorti de l'eau par des témoins peu après 18 heures après s'être trouvé en difficulté. Les secouristes ont pratiqué un massage cardiaque et le baigneur a été hospitalisé à Bordeaux dans un état très grave, ont précisé les secours. 

Toujours au Porge au même moment, une femme de 30 ans a été sortie de l'eau par des tiers, mais son état était sans gravité. Dès midi, sur la plage du Grand-Crohot, à 20 km plus au sud, deux adolescents de 14 ans qui se trouvaient en difficulté ont également été sortis de l'eau par des surfeurs à proximité. 

Vendredi, le maire de Porge, Jésus Veiga, avait mis en garde les baigneurs. "L'océan, à cette époque de l'année, peut avoir des dangers particuliers", expliquait-il à France Bleu Gironde. Il indiquait notamment que les plages de la ville ne seraient pas surveillées, appelant à la plus grande prudence. A de très rares exceptions près, comme à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) où une association de sauveteurs en mer s'est proposée à la mairie pour assurer la surveillance de la Grande plage pour le week-end, les plages du littoral sud-ouest ne sont en effet plus surveillées en cette période de l'année.