Après l'éruption volcanique, les îles Tonga font face à une immense pénurie d'eau potable

Le 15 janvier, l'éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai, qui a provoqué un tsunami, a coupé cette petite nation du Pacifique du reste de la planète. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Image satellite du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai prise le 15 janvier 2022 après sa violente éruption qui a déclenché un tsunami. (EYEPRESS NEWS / AFP)

Les réserves d'eau de dizaines de milliers de personnes pourraient être contaminées par les cendres du volcan ou l'eau salée du tsunami qui a suivi. Les îles Tonga faisaient face, vendredi 21 janvier, à une immense pénurie d'eau potable, près d'une semaine après l'éruption du volcan dans l'archipel.

Le 15 janvier, l'éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai, qui a provoqué un tsunami, a coupé cette petite nation du Pacifique du reste de la planète après la rupture du câble de communications reliant l'archipel au réseau internet.

La situation demeure difficile, en raison du manque d'aide humanitaire et de la titanesque opération de nettoyage des cendres auxquels les habitants doivent désormais s'atteler. Jonathan Veitch, en charge de coordonner les opérations pour les Nations unies depuis les Fidji, a estimé que le principal problème pour les Tongiens est l'eau potable. "Avant l'éruption, une majorité d'entre eux dépendaient de l'eau de pluie", a-t-il expliqué. Si les cendres ont rendu tout cela toxique, c'est un problème, à moins qu'ils puissent accéder à des sources souterraines." Pour lui, il "est désormais vital de pouvoir déterminer leur emplacement".

Des opérations de secours compliquées

Les opérations de secours ont véritablement commencé jeudi après que la principale piste d'atterrissage de l'archipel a finalement été débarrassée de l'épaisse couche de cendres qui la recouvrait. Mais la distance, les difficultés de communication et les mesures mises en place pour éviter que le Covid-19 n'affecte ce royaume de 170 îles, jusque-là épargné, compliquent les opérations de secours.

Le navire néo-zélandais HMNZS Aotearoa a accosté vendredi, transportant d'importantes réserves d'eau potable. "(Il) a également la capacité de dessaler 70 à 75 000 litres d'eau par jour, ce qui fera une différence pour la population, au moins sur Tongatapu", a déclaré Jonathan Veitch. L'Unicef a envoyé un grand nombre de kits d'eau et d'assainissement à bord du navire humanitaire australien HMAS Adelaïde, qui a quitté Brisbane jeudi soir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tsunami

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.