Cet article date de plus de trois ans.

Île-de-France : le "plan grand froid" déclenché lundi

662 places d'hébergement d'urgence supplémentaires vont être mises à disposition en Île-de-France, indique la préfecture dans un communiqué.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des benevoles de l'association Action Froid discutent avec des sans abri lors d'une maraude à Paris le 21 janvier 2017. (/NCY / MAXPPP)

Le "plan grand froid" sera déclenché lundi 5 février en Ile-de-France, a indiqué la préfecture. 662 places d'hébergement d'urgence supplémentaires seront mobilisées, dont 220 à Paris. 3 644 places sont déjà ouvertes dans la région depuis le 1er novembre dans le cadre du plan hiver.

"En raison de la baisse des températures que la région Ile-de-France va connaître la semaine prochaine (entre -6 et -7°C ressentis au moins trois jours), les services de l'Etat se mobilisent pour amplifier leur action et offrir plus d'hébergements aux plus vulnérables", explique la préfecture dans un communiqué.

Une cellule de crise va également être mise en place dès lundi à la préfecture de Paris, qui évoque par ailleurs un "renforcement général de la mobilisation des services de l'Etat". "Toutes les équipes de maraudes" seront "renforcées", indique la préfecture, qui affirme que "les équipes de l’État se sont préparées".

La veille saisonnière en Île-de-France est activée du 1er novembre au 31 mars, mais "l’activation opérationnelle en cas de vague de froid s’appuie sur une vigilance météorologique transmise par Météo France", précise la préfecture.

Dimanche 4 février, 12 départements ont été placés en vigilance orange pour des risques de neige et de verglas, principalement en Auvergne-Rhône-Alpes, mais un coup de froid est attendu dans toute la France.

"Les températures seront en-dessous des moyennes de saison, de 3 à 6 degrés l'après-midi, avec des gelées franches généralisées", a indiqué à franceinfo Olivier Proust, prévisionniste à Météo France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.