Cet article date de plus d'un an.

Neige : "Des paramètres et des surcharges sur les lignes tout à fait considérables" dans la Drôme, déclare Enedis

Le responsable de la cellule de crise d'Enedis dans la Drôme estime que les 1 000 foyers encore privés d'électricité jeudi soir seront réalimentés dès ce vendredi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des poteaux électriques en bois se sont cassés en bordure de route suite aux importantes chutes de neige, à Châteauneuf-sur-Isère (Drôme), le 18 novembre 2019. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS)

"Il restera ce jeudi soir environ 1 000 foyers privés d’électricité dans la Drôme", explique à franceinfo Bernard Dalle, responsable de la cellule de crise d’Enedis dans la Drôme. Même si "la quantité de neige n’était pas très importante", la neige "lourde et collante" explique le délai des réparations.

Combien de foyers sont encore privés d’électricité dans la Drôme dans la soirée du jeudi 21 novembre ?

Bernard Dalle : Ce matin, nous avions aux alentours de 3 500 foyers privés d’électricité. Les réparations ont bien progressé. Ce soir, nous aurons aux alentours de 1 000 foyers privés d’électricité. À l’aide des réparations qui progressent et aboutissent, et à l’aide de pose de nombreux groupes électrogènes.

On a vu vos équipes à l’œuvre depuis vendredi 15 novembre. Pourquoi est-ce si long de rétablir le courant dans le secteur ?

C’est long parce qu’il y a beaucoup de dégâts. Au début de la situation de crise, nous avions dû faire face à des difficultés d’accès au réseau, et des difficultés de localisation des pannes, puisque les hélicoptères n’ont pas pu voler au début des intempéries.

Comment expliquez-vous ces dégâts si importants pour des chutes de neige qui ne sont pas non plus si massives ?

La quantité de neige n’était pas très importante, mais la neige avait la particularité d’être particulièrement lourde et collante. C’est un événement assez exceptionnel d’un point de vue météorologique. Cette neige vient se poser sur les fils et constitue des manchons de glace qui pèsent sur les fils et les conducteurs, apportent une surcharge mécanique supplémentaire, qui amène parfois à la rupture de l’installation. Les réseaux sont conçus pour tenir avec une surcharge que l’on calcule aux alentours de 2 kilos par mètre, ce qui correspond à la majorité des cas de figure. Là, on a estimé la surcharge, dans certains cas de figure, à 8 kilos par mètre. Ce sont donc des paramètres et des surcharges sur les lignes tout à fait considérables qui expliquent le nombre et la nature des dégâts.

Pour quand est prévu le retour à la normale ?

On pense que dans la soirée du vendredi 22 novembre, on aura pratiquement terminé ces 1 000 foyers qui ne sont pas alimentés. Il restera certainement des cas particuliers, des cas isolés, que l’on traitera de manière très significative et particulière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.