Drôme-Ardèche : moins de 3 500 foyers toujours sans électricité, Enedis promet le retour à la normale pour tous d'ici dimanche soir

"On va faire en sorte que les clients puissent avoir de l'électricité même avec une solution provisoire, avant la fin de la crise", promet la directrice régionale.

200 groupes électrogènes ont déjà été installés pour alimenter les communes, le 19 novembre 2019.
200 groupes électrogènes ont déjà été installés pour alimenter les communes, le 19 novembre 2019. (ADÈLE BOSSARD / RADIO FRANCE)

Une semaine après les chutes de neige en Drôme et en Ardèche, moins de 3 500 foyers sont toujours privés d'électricité, rapporte France Bleu Drôme-Ardèche. Enedis promet que d'ici dimanche soir, le courant sera rétabli pour tout le monde. "On espère une fin de crise à la sortie du week-end. Il y aura du courant dans tous les foyers de Drôme-Ardèche d'ici dimanche soir", assure Jeanine Doppel, la directrice territoriale.

80 communes ne sont que partiellement réalimentées

Jeudi 21 novembre au matin, 80 communes de la Drôme et de l'Ardèche ne sont que partiellement réalimentées, entre 60 et 80%. En attendant, des solutions temporaires sont prévues : "Nous échangeons avec les maires des communes impactées pour cibler les quartiers, les hameaux prioritaires, et on veut installer des groupes électrogènes, poursuit la directrice territoriale d'Enedis. On va faire en sorte que les clients puissent avoir de l'électricité même avec une solution provisoire, avant la fin de la crise."

Parmi les 200 déjà installés, des pannes de groupes électrogènes ont été constatées à Chabeuil, Portes-lès-Valence et La Chapelle-en-Vercors. "En moyenne, c'est 1 000 litres de fuel à réalimenter toutes les 24 heures, explique Jeanine Doppel, or on n'avait pas assez de transporteurs." Le préfet de la Drôme a pris un arrêté pour réquisitionner les transporteurs de fuel afin de prêter main-forte à Enedis.

"On dépasse largement la crise de 1999"

Au plus fort de la crise, 146 000 foyers ont été privés d'électricité. "On dépasse largement la crise de 1999. C'était vraiment un événement d'une ampleur exceptionnelle", assure la directrice d'Enedis.

Après les travaux d'urgence, certains travaux définitifs prendront plusieurs semaines voire plusieurs mois. "Il y a certains départs [d'électricité] qu'on ne pourra pas réparer, donc il faudra reconstruire. Reconstruire un départ, c'est 18 mois", détaille Jeanine Doppel, le directrice territoriale.