VIDEO. Les stations pyrénéennes restent fermées face au risque maximal d'avalanches

Dans les Hautes-Pyrénées, personne ne peut accéder à la station de La Mongie. Comme pour toutes les stations de la région, la circulation est bloquée à cause du risque d'avalanches. Les vacanciers devront peut-être patienter jusqu'à mardi.

FRANCE 2

La neige est plus que jamais présente dans le Sud-Ouest, ce dimanche 1er février. Sur toute la chaîne pyrénéenne, le niveau d'alerte est à son maximum (5 sur 5). Les chutes de neige du jour ont provoqué des cumuls importants. "C'est une neige lourde, humide, particulièrement propice aux déclenchements d'avalanche", explique la journaliste Hélène Vergne depuis Sainte-Marie-de-Campan (Hautes-Pyrénées), au pied de la station de La Mongie.

Sans surprise, les routes demeurent interdites. Les vacanciers doivent rebrousser chemin ou faire halte dans des hôtels ou des gymnases ouverts pour l'occasion. "On préfère ça que de prendre des risques", relativise un automobiliste face à la caméra de France  2. "Il faut prendre son mal en patience", confie un autre.

Des imprudents essayent de passer

Les gendarmes veillent car des imprudents tentent de passer outre l'interdiction. "Il y a des gens qui essayent de passer malgré tout et qui se disent que rien ne peut leur arriver", note un gendarme. Pourtant, on compte une trentaine de couloirs d'avalanche dans la zone. Ailleurs dans la région, des coulées de neige ont emporté des personnes ce dimanche, sans faire de morts. Cette nuit, les naufragés des routes devront à nouveau dormir là où ils trouveront refuge. La station de La Mongie rouvrira peut-être demain, ou plus probablement mardi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme déneige la route dans la ville de Laruns (Pyrénées-Atlantiques), dimanche 1er février 2015.
Une femme déneige la route dans la ville de Laruns (Pyrénées-Atlantiques), dimanche 1er février 2015. (IROZ GAIZKA / AFP)