Cet article date de plus de cinq ans.

Intempéries dans le Sud-Est : comment deux soignantes ont sauvé les pensionnaires de la maison de retraite de Biot

Véronique et Leila étaient de garde samedi soir à la maison de retraite de Biot. Elles ont été bloquées dans une chambre au rez-de-chaussée à cause de l'eau, mais ont nagé jusqu'à une vitre, l'ont cassée et ont finalement réussi à sauver 18 vies sur 21.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'intérieur de la maison de retraite de Biot (Alpes-Maritimes) au lendemain des inondations, le 4 octobre 2015. (MAXPPP)

"Tout est allé très vite." Deux jours après les violentes intempéries dans Sud-Est, Véronique et Leila, l'une auxiliaire de vie et l'autre aide-soignante à la maison de retraite de Biot (Alpes-Maritimes), racontent, lundi 5 octobre, comment elles ont réussi à sauver des pensionnaires.

>> Retrouvez les dernières informations sur les intempéries dans le Sud-Est dans notre direct dédié

Samedi soir, elles sont toutes les deux de garde à la maison de retraite lorsque l'orage éclate. Elles se retrouvent enfermées dans une chambre au rez-de chaussée car des chariots déplacés par l'eau bloquent la sortie vers le couloir. Elles nagent alors jusqu'à la vitre, la cassent et passent ainsi à l'extérieur du bâtiment. Puis elles entrent à nouveau dans la bâtisse et emmènent tous les pensionnaires au premier étage. Le tout dans le noir, avec l'aide de deux pompiers arrivés à pied.

La maison de retraite comptait 21 pensionnaires. Trois d'entre eux sont morts. Mais le bilan aurait pu être bien plus lourd si elles n'étaient pas intervenues aussi rapidement. "On est encore sous le choc, on n'arrive pas à réaliser", témoignent-elles.

"Un acte que la République honorera" 

Laurence Rossignol, secrétaire d'Etat aux Personnes âgées, a annoncé que Véronique et Leila seraient récompensées pour leur courage. Elle a salué leur "sang-froid", leur "intelligence" et leur "courage exceptionnel".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.