Jair Bolsonaro annule une rencontre avec Jean-Yves Le Drian pour... se faire couper les cheveux

Une façon pour le président brésilien d'affirmer son mépris envers le gouvernement français.

Jair Bolsonaro, le président brésilien, lors d\'un discours à Brasilia (Brésil), le 24 juillet 2019.
Jair Bolsonaro, le président brésilien, lors d'un discours à Brasilia (Brésil), le 24 juillet 2019. (EVARISTO SA / AFP)

Un drôle de lapin. Le président d'extrême droite brésilien, Jair Bolsonaro, a annulé, lundi 29 juillet, une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, raconte Le Monde. Prétextant des "raisons d'agenda", il s'est affiché sur les réseaux sociaux quelques minutes plus tard... en train de se faire couper les cheveux.

Ce qui n'a pas manqué de faire tiquer le Quai d'Orsay, actuellement en tournée en Amérique latine. "Le président commence à travailler à 4 heures du matin et termine à minuit. Il faut bien qu'il trouve le temps de se couper les cheveux entre 4 heures du matin et minuit", a expliqué un porte-parole du gouvernement brésilien, cité par Le Monde, pour tenter de justifier cette surprenante annulation.

"Il ne va pas pouvoir me prendre de haut"

Jair Bolsonaro avait déjà évoqué son entretien avec le chef de la diplomatie française il y a quelques jours, parlant du "Premier ministre français" pour qualifier Jean-Yves Le Drian. Les deux hommes devaient notamment aborder un sujet qui fâche le président brésilien : l'environnement.

En juin dernier, lors du G20 à Osaka (Japon), Emmanuel Macron avait fait promettre à son homologue brésilien de respecter l'accord de Paris de 2015 sur le climat. Le président français avait indiqué que si Brésil, qui menace de sortir de l'accord, ne tenait pas ses engagements, le traité de libre-échange entre les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay, Paraguay) et l'Union européenne serait remis en question.

Une attitude jugée condescendante et moralisatrice par Jair Bolsonaro, climato-sceptique notoire et peu enclin à se montrer diplomate avec Paris. Virulent, il avait déclaré lundi : "Il [Jean-Yves Le Drian] ne va pas pouvoir me prendre de haut. Il devra comprendre que le gouvernement au Brésil a changé. La soumission des précédents chefs d'Etat envers le premier monde n'existe plus."