Les services de sécurité du monde entier se rencontrent à la COP21

Quelque 150 chefs d'État et de gouvernement arrivent en France, chacun flanqué de son service de sécurité.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La sécurité de la COP21 est un vrai casse-tête pour les services de sécurité français. Chaque délégation a son propre mode de protection. Oreillette, talkie-walkie, armes... Les yeux des gardes de l'ONU sont partout, depuis le dimanche 29 novembre, pour le début des négociations au Bourget (Seine-Saint-Denis). Tous les badges sont vérifiés un à un.

"Pas de difficulté"

La "zone bleue" où la conférence internationale se tient est sous le contrôle des Nations Unies. L'entrée a des allures de hall d'embarquement d'aéroport, avec portiques, fouille et marquage des participants.

Une centaine de gardes de sécurité de l'ONU et 300 agents de sécurité privés vont devoir travailler de concert avec les services de protection de chaque pays. "Il n'y aura pas de difficulté", assure Kevin O' Hanlon, chef de la sécurité. Plus de 6 000 policiers et gendarmes français sont mobilisés en dehors pour sécuriser les hôtels des chefs d'État.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers en poste devant l\'entrée des locaux qui vont accueillir la COP21 au Bourget (Seine-Saint-Denis), photographiés ici le 26 novembre 2015.
Des policiers en poste devant l'entrée des locaux qui vont accueillir la COP21 au Bourget (Seine-Saint-Denis), photographiés ici le 26 novembre 2015. (LOIC VENANCE / AFP)