Canicule : "On va vivre une journée exceptionnelle jeudi", alerte un prévisionniste de Météo France

Le record historique de température à Paris pourrait être battu jeudi et dépasser les 40,4 °C enregistrés en 1947.

Plusieurs records de températures devraient être battus jeudi 25 juillet 2019.
Plusieurs records de températures devraient être battus jeudi 25 juillet 2019. (DAMIEN MEYER / AFP)

La canicule est de retour en France et elle s'annonce (encore une fois) très intense. Mardi 23 juillet, Météo France a placé 59 départements en vigilance orange en raison des fortes chaleurs. Et les prévisionnistes s'attendent à voir de nombreux records battus, notamment à Paris, jeudi, avec 41 °C.

>> Records battus, prévisions... Suivez notre direct sur la canicule

Un phénomène qui intervient un mois après une première vague caniculaire de forte intensité et alors que la sécheresse s'étend sur le territoire, avec 73 départements déjà concernés par des restrictions d'eau. Franceinfo a interrogé Frédéric Nathan, prévisionniste pour Météo France, afin de faire le point sur la situation.

Franceinfo : Comment se caractérise l'épisode caniculaire de cette semaine ?

Frédéric Nathan : Cet épisode caniculaire ne va pas durer très longtemps. Dès vendredi, de l'air plus frais devrait rentrer par l'est de la France et il sera quasiment fini ce week-end. Par contre, il est très intense.

La journée la plus chaude à l'échelle nationale devrait être comparable aux journées les plus chaudes d'août 2003.Frédéric Nathanà franceinfo

On a de nombreuses températures qui vont atteindre et même dépasser les 40 °C et on va battre de très nombreux records absolus de températures. D'ailleurs, on a déjà battu des records absolus de températures minimales dans la nuit, notamment à Bordeaux avec 24,8 °C. Jeudi sera la journée la plus chaude avec très localement des températures pouvant monter jusqu'à 43 °C.

On a une configuration qui a favorisé l'arrivée de masse d'air chaud en provenance d'Afrique du Nord, qui passe ensuite au dessus de l'Espagne et qui arrive maintenant au-dessus de notre pays. Il y a encore quelques incertitudes sur les températures selon la présence ou non de nuages hauts. Mais globalement, on va vivre une journée exceptionnelle jeudi.

L'épisode caniculaire sera-t-il pire que celui de 2003 ?

En 2003, la vague de chaleur avait duré beaucoup plus longtemps ! A Auxerre, par exemple, il y avait eu une dizaine de jours au-dessus de 40 °C. Mais cela reste très violent cette semaine, même si ce n'est pas trop long. De courtes canicules comme celles-ci peuvent être désastreuses pour la santé et en particulier à cause des températures de nuit.

Les températures vont être étouffantes dans les grandes villes la nuit. De l'ordre de 25° C.Frédéric Nathanà franceinfo

On battra peut-être le record historique à Paris jeudi en dépassant les 40,4 °C enregistrés en 1947. En 2003, on n'avait pas franchi la barre des 40 °C dans la capitale.

Cet épisode est-il particulièrement étendu sur le territoire ?

En effet, l'épisode caniculaire du mois de juin n'avait lui pas gagné le tiers nord du pays. A Paris, on n'avait pas dépassé les 37 °C grâce à un vent frais. Cette fois, l'air chaud atteint le nord de la France et même le Benelux qui devrait vivre les premières températures au-dessus de 40 °C de son histoire.

Ces températures accentuent-elles la sécheresse ?

Il y a des liens entre les phénomènes caniculaires et de sécheresse. En surface, ou dans les premiers centimètres, les hautes températures aggravent la sécheresse. Mais il faut aussi voir ce qui se passe en profondeur.

Au 1er juillet, les nappes phréatiques étaient déjà en mauvais état. Cette canicule aggrave encore la chose.Frédéric Nathanà franceinfo

Si on a une vague orageuse en fin de semaine, cela pourrait améliorer l'état des sols, mais cela ne compensera pas le déficit accumulé d'eau. Il n'y a pas eu de pluie pendant un mois dans certaines villes !

Ces deux vagues de canicules à un mois d'intervalle sont elles exceptionnelles ?

Cela est déjà arrivé plusieurs fois qu'il y ait plusieurs vagues de chaleur dans un même été. Et même quatre fois en 2017 ! Ce qui est particulier cette année, c'est que ces deux épisodes sont tous les deux d'une intensité exceptionnelle.

On se rend compte qu'on a basculé dans une nouvelle ère.Frédéric Nathanà franceinfo

Dans les décennies qui viennent ce sera de plus en plus fréquent. Cela deviendra la norme. Il y a encore quelques décennies, on n'imaginait pas atteindre de telles températures en France, comme 46 °C !