Cet article date de plus de sept ans.

Le nombre de réfugiés syriens pourrait doubler à la fin 2014

Ils seraient alors 4,1 millions au total, soit presqu'un Syrien sur cinq, estime l'ONU. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des enfants syriens dans un camp de réfugiés à Arsal, au Liban, le 13 décembre 2013.  ( AFP )

Quelque 4,1 millions de Syriens seront réfugiés à l'étranger d'ici fin 2014, estiment les Nations unies dans un rapport publié lundi 16 décembre. Dans ce pays de près de 21 millions d'habitants, cela représente approximativement un cinquième de sa population totale. Actuellement, 2,4 millions de Syriens sont réfugiés à l'étranger, poursuit l'ONU, indiquant ainsi que leur nombre devrait doubler en un an.  

Les Nations unies ont ainsi lancé un appel à financement à hauteur de 6,5 milliards de dollars pour la Syrie et les pays voisins. Pour l'ensemble de leurs opérations humanitaires dans le monde, les agences de l'ONU ont besoin de 12,9 milliards de dollars afin d'aider 52 millions de personnes impliquées dans 17 crises majeures dans le monde. 

Un réfugié syrien toutes les 17 secondes 

Dans son rapport sur la réponse humanitaire à la crise syrienne, les Nations unies estiment que sur les 4,1 millions de réfugiés attendus, quelque 660 000 seront hébergés dans des camps de réfugiés, où ils seront les plus vulnérables. Les 3,44 millions restants devraient trouver refuge chez des particuliers, indique le rapport. Toutes les 17 secondes, un Syrien devient un réfugié et rejoint le Liban, la Jordanie, la Turquie, le Kurdistan irakien ou l'Egypte, estimait en septembre le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies.

"Des pays comme le Liban ou la Jordanie se retrouvent dans une position extrêmement délicate", indique Cyril Roussel, de l'Institut français du Proche-Orient. "(...) Les réfugiés sont une arme. Le régime bombarde sans discernement des zones contrôlées par l'Armée syrienne libre (ASL) où il sait pertinemment que vivent des populations civiles : c'est bien une manière de les faire fuir", explique le spécialiste.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Accueil

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.