Cet article date de plus de neuf ans.

L'ex-dirigeant chinois Bo Xilai condamné à la prison à vie

Il est à l'origine du plus vaste scandale politico-criminel qu'ait connu le régime depuis la fin de la révolution culturelle. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ex-dirigeant chinois Bo Xilai au tribunal de Jinan, la capitale du Shandong (est), le 22 septembre 2013.  ( AFP )

Il a été reconnu coupable de "détournement de fonds, de corruption et d'abus de pouvoir". Bo Xilai, l'ex-dirigeant chinois à l'origine du plus vaste scandale politico-criminel qu'ait connu le régime depuis la fin de la révolution culturelle, a été condamné dimanche 22 septembre à la prison à vie. La cour a également prononcé "une privation permanente des droits politiques", selon l'énoncé du jugement rendu public sur Sina Weibo, un équivalent chinois de Twitter.

L'accusation d'abus de pouvoir de la part de Bo Xilai est liée à l'assassinat par son épouse Gu Kailai de l'homme d'affaires britannique Neil Heywood. Cette dernière a été condamnée à la peine de mort avec sursis

En chemise blanche et chaussures de sport

Ce verdict particulièrement sévère tire un trait définitif sur la carrière du plus haut responsable politique - il était membre jusqu'à l'an dernier du Bureau politique du Parti communiste chinois - traduit en justice depuis la condamnation en 1998 de l'ex-maire de Pékin, Chen Xitong, et celle du maire de Shanghai, Chen Liangyu, en 2008, tous deux pour corruption.

Le tribunal de Jinan, la capitale du Shandong (est) où son procès avait été "délocalisé" le mois dernier, a mis en ligne une photo de Bo Xilai, debout en chemise blanche et chaussures de sport, encadré de deux policiers, en train d'écouter la lecture du verdict, qui a pris plus de trois quarts d'heure. L'audience était fermée à la presse étrangère et les accès du tribunal protégés par des dizaines de policiers.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Accueil

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.