Journées mondiales sans téléphone : le smartphone a aussi du bon

En plateau, Catherine Lejealle, sociologue et auteure de "J'arrête d'être hyperconnecté !", revient sur les mauvais, mais aussi les bons côtés du smartphone.

Voir la vidéo
France 2

Ce mercredi est le troisième et dernier jour des journées mondiales sans portable. Pour l'occasion, France 2 a invité Catherine Lejealle, auteure de "J'arrête d'être hyperconnecté !". Pour elle, le smartphone a trois registres : "un registre utilitaire, ludique et relationnel". Et de constater : "L'utilitaire c'est quand même la chose dont on arrivera le moins à se passer".

Créer du lien social

On parle désormais de journée sans portable comme on pourrait parler de journée sans cigarette, peut-on parler d'addiction ? "Les Français passent en moyenne 2h11 sur un portable et 1h42 sur un ordinateur" par jour, note Catherine Lejealle. Pour elle, "la frontière c'est ne pas vivre dans le régime de l'alerte, c'est quand on est finalement toujours à l'affût, dans l'alerte." Le point positif selon la sociologue, c'est que le portable est vraiment un outil qui permet le lien social. Quant au point négatif, ce serait plutôt "ce régime de l'alerte, ce régime du burn-out".

Le JT
Les autres sujets du JT
Les 6, 7 et 8 février 2017, ce sont les journées mondiales sans téléphone portable.
Les 6, 7 et 8 février 2017, ce sont les journées mondiales sans téléphone portable. (MAXPPP)