Cet article date de plus d'un an.

La plateforme de vidéo à la demande Disney+ bientôt en France : à quoi faut-il s’attendre ?

La plateforme de streaming Disney+ débarque aux Etats-Unis mardi 12 novembre et s'exportera en France dans quelques mois. A quoi faut-il s'attendre ?

Article rédigé par
Mélisande Queïnnec - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Le service de vidéo à la demande de Disney débarque en France le 31 mars 2020. (DISNEY)

C'est officiel, Disney+ débarque en France le 31 mars 2020. Cette nouvelle plateforme de vidéo à la demande (SVoD) s'annonce comme une concurrente sérieuse de Netflix, OCS et Amazon Prime, et a déjà plus d’un argument pour nous convaincre. A quoi va-t-elle ressembler ?

Un catalogue 5 étoiles

Le gros argument de ce nouveau service de streaming, c’est le catalogue. Et il faut le dire, la sélection est plutôt alléchante. Disney étant à la tête de plusieurs firmes, la plateforme proposera d'ici 2024, en plus de tous les titres Disney Motion Picture, l’intégrale de Star Wars, des blockbusters Marvel, des Pixar, mais également des programmes de la Fox, des documentaires National Geographic et des séries (notamment l’intégrale des Simpsons ainsi que plus de 5000 épisodes de séries diffusées sur Disney Channel). 

La plateforme de streaming Disney+ débarque bientôt dans l'hexagone. (Disney. Tous droits réservés.)

Des contenus inédits viendront étoffer encore davantage un catalogue déjà bien fourni. Et pour cela, Disney a réquisitionné des grands noms du cinéma et investi dans la production de contenus originaux la bagatelle de 24 milliards de dollars (contre 10,5 milliards de dollars pour Netflix). La nouveauté qui fait le plus parler d'elle reste probablement The Mandalorian, une série inspirée de l'univers Star Wars réalisée par Jon Favreau (Iron Man, Le Livre de la jungle) et dont la première bande-annonce officielle a été dévoilée au mois d'août

Neuf films originaux sont également actuellement en cours de production. D'autre part, le patron des studios Marvel, Kevin Feige, a dévoilé le nom de trois séries qui complèteront prochainement les comics déjà adaptés au cinéma, avec de nouveaux personnages : Miss Marvel, Moon Knight et Miss Hulk. Bonne nouvelle, les super-héroïnes se font peu à peu une place sur nos écrans. Enfin, un sitcom d'action pourrait voir le jour, ainsi qu'un remake de la série Lizzie McGuire. De quoi occuper ses week-ends.

Disney+ moins cher que Netflix

Aux États-Unis, Disney+ sera proposé, comme ses principaux concurrents, sous forme d’abonnement mensuel au prix de 6,99 dollars par mois. Les utilisateurs auront également la possibilité de s’abonner directement pour un an au prix de 69,99 dollars, soit deux mois gratuits. Disney a semble-t-il prévu de proposer également une offre complète incluant Hulu (la plateforme de streaming, plus adulte, dont le géant de la production est l'actionnaire majoritaire) et ESPN+ (le SVoD dédié au sport) pour environ 13 dollars par mois, mais n'a pas communiqué sur une éventuelle offre groupée disponible dans l'hexagone.

Les producteurs Jon Favreau et Dave Filoni et les acteurs de "The Mandalorian" Pedro Pascal, Gina Carano et Carl Weathers à une conférence de presse le 19 octobre 2019 (Los Angeles). (ALBERTO E. RODRIGUEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Pour l’instant, les prix français n’ont pas été communiqués, même s’ils devraient, dans un premier temps, s’aligner sur ceux pratiqués outre-Atlantique. Pour un même abonnement, sept utilisateurs sur dix supports différents pourront profiter du service. Alors que Netflix, par exemple, tend à augmenter ses prix, Disney+, qui proposera la haute-définition dans toutes ses formules, pourrait être une bonne alternative à la plateforme pour les fans de pop-culture, plus encore si les contenus des firmes de Walt Disney Company ne sont plus accessibles sur Netflix.

Entre 60 et 90 millions d'abonnés d'ici 2024

Avec un catalogue aussi prometteur et un service étendu à toute l'Europe, Disney+ entend réunir, d'ici 2024, entre 60 et 90 millions d'abonnés, soit la moitié des abonnés de Netflix, comme l'a annoncé Bob Iger, le PDG de Walt Disney Company. Un objectif ambitieux mais néanmoins tout à fait imaginable : selon la Motion Picture Association of America, 613 millions de personnes étaient abonnées à un service de SVoD en 2018. De plus, Canal+, qui propose déjà à ses abonnés un accès à Netflix, pourrait intégrer Disney+ à son offre, permettant à la firme de mettre en ligne des nouveautés plus rapidement en France, selon la nouvelle loi sur la chronologie des médias.

Disney+ sera disponible sur SmartTV, smartphones, ordinateurs ou encore PS4. Contrairement à ses principaux concurrents, tous les contenus pourront être téléchargés. "La palette démographique de nos publics est plus large que ce à quoi les gens s’attendent, ça va bien au-delà des enfants et des familles", avait déclaré Bob Iger il y a quelques mois. Et avec un catalogue suffisamment vaste pour séduire petits et grands, la plateforme pourrait, à terme, s'imposer comme incontournable.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.