Facebook et sa monnaie Libra inquiètent le G7

Facebook va lancer sa monnaie virtuelle Libra. Les États s'inquiètent du blanchiment d'argent et d'une perte de souveraineté, à l'instar du G7, réuni mercredi 17 juillet à Chantilly (Oise).

France 3

C'est une tempête sous les crânes des ministres des Finances des pays du G7, réunis mercredi 17 juillet au château de Chantilly (Oise). Libra, la cryptomonnaie que veut lancer Facebook sur les marchés financiers, les met en ébullition. "Le dollar ou l'euro obéissent à des règles très dures. Une nouvelle monnaie doit obéir aux mêmes règles et aux mêmes obligations", explique Bruno Le Maire.

Les États-Unis préoccupés

Libra pourrait déstabiliser les monnaies d'aujourd'hui. Facebook table sur un marché de 2,3 milliards d'utilisateurs et compte s'appuyer sur les opérateurs comme les transporteurs Uber et Lyft, l'entreprise de téléchargement musical Spotify ou les sociétés de paiement comme PayPal ou Mastercard. Le réseau social jure la main sur le cœur qu'il respectera les lois du marché. Même les responsables du Trésor américain sont inquiets pour le dollar. Les grandes puissances craignent que Libra devienne une monnaie incontrôlable, comme le réseau social.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le logo de la monnaie virtuelle de Facebook
Le logo de la monnaie virtuelle de Facebook (France 3)