Cet article date de plus de sept ans.

Le passage de Google à Alphabet en quatre questions

Le géant des nouvelles technologies a annoncé lundi une réorganisation majeure de sa structure. Une nouvelle entité baptisée Alphabet devient la maison mère.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une Google Car (voiture sans chauffeur) au siège de l'entreprise le 25 septembre 2012 à Mountain View, en Californie. (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Et Google inventa Alphabet... Le moteur de recherche le plus connu au monde a dévoilé lundi 10 août une réorganisation majeureUne nouvelle entité, baptisée Alphabet, est appelée à chapeauter l'ensemble des sociétés du groupe qui emploie plus de 40 000 salariés et dégage un chiffre d'affaires de 66 milliards de dollars (en 2014).

Objectif : séparer le cœur de métier sur internet des autres activités plus expérimentales, pour mieux satisfaire les investisseurs. Francetv info fait le point sur cette mutation en quatre questions.

En quoi consiste cette réorganisation ?

Alphabet remplacera Google en tant qu'entité cotée en Bourse. Toutes les actions Google vont être automatiquement transformées en titres Alphabet dotés des mêmes droits.

Dans le cadre de cette nouvelle structure, la filiale Google va être allégée, explique Larry Page, le cofondateur du groupe en 1998 avec Sergey Brin, sur le blog officiel de l'entreprise. Google conservera sous son nom les principales activités du groupe, telles que les recherches sur internet, la publicité, la cartographie, les applications, le système d'exploitation Android, YouTube et les infrastructures techniques.

Certaines filiales, comme Nest, le fabricant de thermomètres connectés, ou Calico, un laboratoire de recherche qui cherche à repousser toujours plus loin la longévité humaine, sortiront du périmètre de Google pour passer sous le contrôle d'Alphabet. Fiber, spécialisé dans l'internet à haut débit, ou les fonds de capital risque Google Ventures et Google Capital rejoindront également la nouvelle entité.

Quels sont les objectifs ?

Cette réorganisation poursuit deux objectifs. D'abord, satisfaire les investisseurs américains, qui réclament plus de transparence. "A partir des résultats du quatrième trimestre, qui seront publiés en janvier, explique Le Monde, la société séparera les performances financières de ses activités traditionnelles de tout le reste. Et de citer un analyste financier, Jan Dawson : "Le cœur de métier est extrêmement profitable, mais les nombreuses activités annexes masquent ses véritables performances. En séparant les chiffres, Google va permettre à son cœur de métier de briller avec une rentabilité et une croissance plus forte que celles actuellement publiées."

Cette séparation permettra surtout au géant des nouvelles technologies de laisser libre cours à ses projets les plus imaginatifs et ambitieux qui défraient régulièrement la chronique, dans la robotique (voiture sans chauffeur), les nanotechnologies, la médecine du futur... Ambition clairement affirmée par Larry Page dans un communiqué : "Cette nouvelle structure va nous permettre de maintenir une attention énorme sur les opportunités extraordinaires dont nous disposons au sein de Google."

"Cela donne à penser que, selon toute probabilité, Google ne va pas ralentir le rythme de ses expérimentations telles que les voitures autonomes. Cela donne à penser qu'ils vont vraiment essayer de se tranformer en conglomérat technologique doublé d'un fonds de capital risque", explique Michael Yoshikami, responsable du fonds de gestion Destination Wealth Management à Reuters

Comment l'annonce a-t-elle été accueillie ?

Cette annonce surprise après la clôture à Wall Street a été saluée par un bond du titre de près de 7% à 708 dollars dans les transactions hors séance, selon Reuters.

La nouvelle structure devrait permettre à Wall Street de se faire une idée plus précise des investissements de Google dans des projets comme Google X, un laboratoire secret qui a notamment produit les lunettes Google Glass.

"Toutes ces entreprises donnaient une impression de fouillis. C'est peut-être mieux pour eux de réorganiser un peu tout ça en distinguant plus clairement celles qui font tourner la boutique de celles qui sont des projets scientifiques et celles qui sont des paris à long terme", déclare à Reuters Roger Kay, analyste à Endpoint Technologies Associates.

Quel est le nouvel organigramme ?

Les fondateurs restent aux commandes. Larry Page, l'actuel directeur général de Google, occupera les mêmes fonctions chez Alphabet. Sergey Brin sera président. Eric Schmidt devient président exécutif du conseil d'administration, poste qu'il occupait déjà chez Google.

Sundar Pichai, actuel vice-président chargé des produits, prend le titre de nouveau directeur général de Google, dont tous les actuels directeurs vont intégrer la direction d'Alphabet.

Ruth Porat, arrivée chez Google en mars et recrutée à prix d'or (70 millions de dollars) chez Morgan Stanley, cumulera notamment les postes de directrice financière de Google et d'Alphabet. Google a précisé que cette nouvelle organisation entrerait en vigueur "d'ici la fin de l'année". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Google

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.