Martinique : un confinement strict et généralisé mis en place pour freiner l’explosion des cas de Covid-19

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Martinique : un confinement strict et généralisé mis en place pour freiner l’explosion des cas de Covid-19
franceinfo
Article rédigé par
Y. Giammetta D’Angelo, E. Eugène Mormin - franceinfo
France Télévisions

La Martinique fait face à une dégradation catastrophique de la situation sanitaire liée au Covid-19. Avec la saturation des hôpitaux, un confinement a été mis en place mardi 10 août, et des renforts de Métropole vont venir aider les soignants.

La situation est la pire jamais connue par la Martinique depuis le début de la pandémie de Covid-19. Le taux d’incidence grimpe à 1200 cas pour 100 000 habitants. Les hôpitaux débordent, les services de réanimation sont occupés à 227%. "Actuellement, sont à l’hôpital, et les saturent complètement, les personnes qui ont été contaminées sur les taux d’incidence qu’on avait il y a une semaine ou quinze jours. Depuis, ces taux ont augmenté. Dans les semaines qui viennent, il y aura plus d’hospitalisations", déplore Jérôme Viguier, directeur de l’Agence régionale de santé de Martinique.

120 soignants de Métropole en renfort

Un confinement a été mis en place à partir du mardi 10 août : les habitants ne peuvent plus sortir à plus d’un kilomètre de chez eux, la plupart des commerces sont fermés, ainsi que les plages. Les touristes ont été invités à quitter le territoire. Ces restrictions sont plus ou moins bien acceptées par la population. En Martinique, 23% des habitants seulement ont reçu au moins une première dose. 120 soignants vont venir de Métropole en renfort pour épauler leurs confrères. "Depuis ce matin, une trentaine de personnes se sont présentées aux urgences pour des raisons Covid. 21 autres sont dans un état préoccupant et attendent d’être transférées dans un service plus adapté. La réanimation sature, malgré la contribution de deux cliniques privées et d’un hôpital privé", relate Eddylia Eugène Mormin, devant l’hôpital de Fort-de-France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.