Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Louis Aliot "aimerait savoir la vérité" sur le sort des jihadistes français

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le député Rassemblement national a dit mercredi redouter le retour "par un biais détourné, de gens qui n'ont rien à faire chez nous".

"Il n'y a pas de programme de retour des jihadistes" français, a affirmé Emmanuel Macron le 26 février devant des élus réunis pour le grand débat à l'Élysée. "On aimerait savoir la vérité", a réagi sur franceinfo mercredi 6 mars Louis Aliot, député Rassemblement national (RN). "Entre le président qui dit qu'il n'y a pas de programme de retour et Mme Belloubet [ministre de la Justice] qui dit l'inverse (...), je n'y crois pas", a poursuivi l'élu RN des Pyrénées-Orientales.

"Cela se fera toujours dans le dos des journalistes, du monde médiatique, du monde politique et on apprendra dans quelques mois qu'on a fait revenir par un biais détourné des gens qui n'ont rien à faire chez nous, a assuré le député. Ça c'est toujours fait comme ça. On a entendu M.Castaner dire qu'il faudrait récupérer ces gens-là. Je suppose qu'ils vont être récupérés mais on ne saura pas ni comment, ni où."

"Il y a moyen de faire revenir" certains enfants

Pour ce qui concerne le rapatriement des enfants, s'ils sont "avec leurs mères", ils doivent rester en Irak et en Syrie, "et pour un certain nombre qui sont orphelins et en très bas âge, je pense qu'il y a moyen de les faire revenir avec une précaution de ne pas les remettre dans des familles d'accueil qui ont permis la radicalisation de leurs enfants", a développé le député. Louis Aliot a cité l'exemple de "cette grand-mère qui voulait le retour de ses petits-enfants, mais elle n'a pas été capable de gérer sa fille qui est partie se battre en Syrie au nom des islamistes, on ne va pas en plus lui donner la garde de ses petits-enfants".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jihadistes français

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.