Une campagne pour tenter de lutter contre les départs pour le jihad

Des parents meurtris témoignent dans quatre spots. Leurs enfants sont partis en Syrie au côté des jihadistes.

France 2

Une campagne a été lancée ce mercredi 7 octobre sur les écrans par le gouvernement. Elle vise à sensibiliser l'opinion et tenter de convaincre les jeunes de ne pas partir faire le jihad en Syrie ou en Irak. Quatre spots sont diffusés. Ils diffusent les témoignages de quatre familles qui ont été confrontées et détruites par le départ de l'un de leur proche. Eux n'ont pas su déceler à temps la radicalisation de leur enfant via les réseaux sociaux ou leur entourage. Ils sont aujourd'hui l'écho de ces centaines de parents en détresse et souvent incompris. Baptiste, le père de Léa partie à 16 ans  à peine s'y confie.

"On nous a volé notre enfant"

"C'est elle qui nous a appelés. Qui nous a dit 'Papa, Maman je vais vous faire du mal, mais je suis partie en Syrie", raconte-t-il. "Là vous avez toute la terre qui vous tombe dessus. Je pense qu'elle a trouvé l'enfer. On nous a volé notre enfant. Léa qui est partie, cette personne joviale, joyeuse, est morte pour nous", ajoute-t-il. Comme lui, Véronique et Saliha livrent leur témoignage bouleversant.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un camp d\'entraînement du groupe Etat islamique à Tal Afar (Irak), sur une photo publiée, en avril 2015, sur un site internet jihadiste.
Un camp d'entraînement du groupe Etat islamique à Tal Afar (Irak), sur une photo publiée, en avril 2015, sur un site internet jihadiste. (SIPA / AP)