Côte d'Azur : les vendeurs à la sauvette très présents

Ils proposent des vêtements, des sacs à main, des bijoux... Leur nombre a explosé ces dernières années.

FRANCE 2

La pratique est illégale. Pourtant les ventes se font au grand jour. Vendeurs de chapeaux, coiffeuses, marchands de vêtements... Sur la Côte d'Azur, ils sillonnent les plages du matin au soir. Les vendeurs à la sauvette démarchent les touristes au plus près des transats.
Un homme explique à France 2 qu'il vend sa marchandise sur la plage depuis 20 ans. "Oui, ça marche, on gagne la vie. On gagne pour manger quoi", explique-t-il.
Ils sont plus ou moins bien perçus par les touristes. Problème, la vente à la sauvette est une activité illégale. Un délit qui est puni jusqu'à six mois d'emprisonnement et 3 750 euros d'amende.

Les commerçants exaspérés

À Juans-les-Pins, 5 000 objets en ventes sont saisis en moyenne chaque année par les policiers. Pourtant les marchands ambulants n'ont pas disparu. "Le problème est difficile à juguler", avoue Bruno Lesage, de la police municipale d'Antibes, Juans-les-Pins.
Les commerçants sont exaspérés par la situation.
 

Le JT
Les autres sujets du JT