14-Juillet : après les émeutes, la mairie du Blanc-Mesnil annule les festivités

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
14-Juillet : après les émeutes, la mairie du Blanc-Mesnil annule les festivités -
14-Juillet : après les émeutes, la mairie du Blanc-Mesnil annule les festivités 14-Juillet : après les émeutes, la mairie du Blanc-Mesnil annule les festivités - (FRANCEINFO)
Article rédigé par franceinfo - S. Soubane, S. Guibout, A. Boulet
France Télévisions
franceinfo
En Seine-Saint-Denis, la mairie du Blanc-Mesnil a annulé de nombreuses festivités du 14-Juillet, dont la traditionnelle plage artificielle, afin de faire des économies "pour réparer les dégâts commis par les émeutiers". Une décision qui passe mal auprès des habitants.

Au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), des panneaux annoncent la décision : Beach Mesnil, la plage artificielle, n'aura pas lieu. La ville indique vouloir faire des économies "pour réparer les dégâts commis par les émeutiers". Ici, un habitant sur deux ne part pas en vacances. Pour la mairie, il s'agit avant tout d'une question d'argent public et de fermeté. "En annulant Beach Mesnil, on économise 300 000 euros", indique le sénateur (LR) de la Seine-Saint-Denis, Thierry Meignen.

"C'est une punition"

"Le message qu'on envoie, il est clair : tout le monde connaît les noms des émeutiers dans les quartiers. On ne punit pas les habitants, on les appelle à un peu de responsabilité", ajoute-t-il. Une politique mal vécue par la plupart des habitants. "J'ai un enfant qui est autiste. Il a besoin de se dépenser. C'est une punition", affirme un homme. De son côté, l'opposition dénonce une décision contre-productive. "Il y a un besoin de recréer du lien social, de discuter, de faire la politique avec les gens", estime Fabien Gay, sénateur (PCF) de la Seine-Saint-Denis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.