Une analyse ADN confirme que l'homme interpellé à Glasgow n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès

Des empreintes digitales relevées dans la maison du voyageur arrêté ne correspondaient pas non plus à celles du père de famille nantais, disparu depuis 2011.

Xavier Dupont de Ligonnès et son épouse Agnès sur une photo prise à une date indéterminée.
Xavier Dupont de Ligonnès et son épouse Agnès sur une photo prise à une date indéterminée. (COLL.PRIVEE DE LIGO / FSMADJA / FDEMANGE / SIPA)

L'incroyable scenario aura vite été démenti. L'homme interpellé à Glasgow (Royaume-Uni), vendredi 11 octobre, n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès. Un test ADN l'a confirmé, ont appris samedi France Télévisions et franceinfo de source policière. Vendredi, selon nos informations, des enquêteurs français se disaient pourtant certains qu'une correspondance avait été établie entre les empreintes digitales de l'individu arrêté et celles du fugitif nantais. Mais cette correspondance n'était que partielle, a-t-on finalement appris samedi.

Selon nos informations, les policiers français ignoraient, dans un premier temps, que les critères écossais pour établir une correspondance entre deux empreintes digitales sont moins stricts qu'en France : cinq points de comparaison sont nécessaires, contre 12 aux yeux de la loi française. Par ailleurs, les enquêteurs français pensaient que Scotland Yard avait établi cette correspondace. En réalité, il s'agissait de la police aux frontières écossaise.

Une perquisition vendredi soir

Face aux policiers, à Glasgow, l'homme interpellé avait nié être Xavier Dupont de Ligonnès, se présentant sous un autre nom, qui figurait également sur son passeport. Une perquisition à son adresse, à Limay (Yvelines), avait été menée vendredi soir, et des empreintes y avaient été relevées : elles ne correspondaient pas non plus à celles du père de famille nantais, selon nos informations. 

Deux de ses voisins avaient également confié à franceinfo qu'ils ne croyaient pas du tout à cette hypothèse. Enfin, plusieurs sources policières affirmaient que l'homme ne ressemblait pas du tout physiquement au fugitif.

Selon nos informations, c'est la police écossaise qui avait reçu un coup de fil anonyme, la prévenant qu'un homme présenté comme Xavier Dupont de Ligonnès s'apprêtait à prendre un avion pour Glasgow depuis l'aéroport de Roissy. Prévenus, les policiers français n'avaient pas pu l'interpeller à temps, et c'est en Ecosse qu'il avait été arrêté.