Cet article date de plus de quatre ans.

Violences policières au TGI de Paris : le policier a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire

Une vidéo montrait un fonctionnaire de police asséner un coup-de-poing et plusieurs coups de pied à un détenu.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un policier violente un détenu au Palais de justice de Paris (Capture d'écran France 3)

Le policier stagiaire placé en garde à vue jeudi soir dans l'affaire des violences policières au tribunal de grande instance de Paris a été mis en examen samedi 14 juillet pour "violences par personne dépositaire de l'autorité publique" et a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer des fonctions au sein du tribunal et sur la voie publique, a appris franceinfo de source judiciaire. 

Il a également été placé sous le statut de témoin assisté pour "faux" après la diffusion de la vidéo. Jeudi soir, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, avait annoncé la suspension à titre conservatoire du fonctionnaire de police.

Une autre enquête a été confiée à l'IGPN pour "introduction frauduleuse dans un système de traitement automatisé de données". Cette deuxième enquête concerne, selon une source proche du dossier, le fait d'avoir "extrait et diffusé des images d'un système de vidéoprotection".

Un détenu passé à tabac par le policier

Le fonctionnaire avait été filmé en train de frapper violemment un détenu dans l'enceinte du nouveau tribunal de grande instance de Paris. La vidéo avait ensuite été diffusée sur le site Là-bas.org. Sur les images, on voit d'abord une altercation entre un prévenu et un fonctionnaire de police. Au bout de quelques secondes, le policier parvient à maîtriser l'individu, et à le menotter dans le dos. Il le saisit alors violemment pour l'emmener de force dans sa cellule. L'homme tente de résister, sans y parvenir. Les images montrent le fonctionnaire lui asséner un coup-de-poing et plusieurs coups de pied. La victime allait être jugée en comparution immédiate pour vol.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.