Vidéo "On a tous en nous un petit côté détective" : quand une association aide à rechercher des personnes disparues

Publié Mis à jour
Envoyé spécial. L'association qui recherche les personnes disparues
Article rédigé par
France Télévisions

A Paris, "Envoyé spécial" a assisté à un cours un peu particulier. Un commissaire de police enseigne à des passionnés de faits divers les méthodes et astuces qui peuvent permettre d'élucider des disparitions inexpliquées. Son association, Assistance et recherche de personnes disparues (ARPD), a déjà permis de retrouver 400 personnes.

"Lundi dernier dans l'après-midi, Pierre Durand n'a plus donné signe de vie. Il devait se rendre sur son lieu de travail, mais il n'est jamais arrivé. Il avait avec lui ses papiers et son téléphone portable. Que faites-vous ?" C'est le libellé de l'exercice proposé ce samedi-là à un petit groupe de stagiaires venus suivre une formation assez étonnante : un "cours d'enquête" avec un commissaire de police. 

Il y a dans la salle une ancienne employée de l'aéronautique, un ex-commercial, une ancienne cadre d'un grand groupe, une juriste... Tous font partie d'une association, Assistance et recherche de personnes disparues (ARPD). Le commissaire qui dispense ce cours plutôt inhabituel, Bernard Valézy, en est le vice-président. Il ne travaille plus sur le terrain depuis longtemps, mais il consacre son temps libre à enquêter pour les autres. 

"Ça a à la fois un côté polar et un côté social"

L'association compte 150 membres, dans toute la France. Aucune compétence particulière n'est requise, il suffit d'avoir un casier judiciaire vierge... et le goût du fait divers. Mais n'est-ce pas un peu bizarre, comme passe-temps, de s'intéresser à des personnes disparues ? Au contraire, selon l'une des stagiaires : "Ça a à la fois un côté polar et un côté social. On a l'impression d'aider, donc il y a une dimension sociale. Et puis, on ne peut pas se le cacher, on a tous en nous un petit côté détective..."

Car c'est aussi pour aider les familles de personnes disparues que l'association essaie de pousser la police à enquêter. En France, en effet, les personnes majeures ne sont recherchées par les forces de l'ordre que dans le cas d'une disparition inquiétante. Si malgré les efforts de l'ARPD, aucune enquête n'est ouverte, alors les bénévoles lancent leurs propres recherches, en binôme pour les débutants, seuls pour les plus aguerris. En dix-sept ans d'existence, l'ARPD a permis de retrouver 400 personnes. 

Extrait de "Passion fait divers", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 11 mars 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.