Attentat à N'Djamena : le Tchad accuse Boko Haram

N'Djamena, la capitale tchadienne, a été visée ce lundi 15 juin par un double attentat meurtrier. Les autorités accusent Boko Haram d'être à l'origine de ces attaques. Les explications de France 2.

FRANCE 2

Ce lundi 15 juin deux attaques simultanées ont frappé N'Djamena, la capitale tchadienne faisant au moins 23 morts et une centaine de blessés. Ces attentats n'ont pas encore été revendiqués mais pour les autorités tchadiennes, c'est l'oeuvre de Boko Haram.
Le journaliste de France 2 nous explique que la zone dans laquelle Boko Haram, le groupe islamiste nigérian, est le plus actif se situe à une dizaine de kilomètres de N'Djaména.

Ami de la France

Le Tchad dispose de la meilleure armée de la région avec 30 000 hommes très bien équipés.
Le pays est également  l'ami de la France. C'est à N'Djamena que se trouve le poste de commandement français de l'opération Barkhane, en lutte contre les groupes terroristes au Sahel.
En début d'année, Boko Haram a mené des incursions de plus en plus fréquentes à l'intérieur du Cameroun. Pour contrer le groupe terroriste, le Tchad a décidé d'envoyer des troupes sur le territoire nigérian.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des militaires français dans les rues de N\'Djamena, lors de troubles en février 2008.
Des militaires français dans les rues de N'Djamena, lors de troubles en février 2008. (PASCAL GUYOT / AFP)