Cet article date de plus de huit ans.

L'état de santé du Franco-américain blessé par balle dans le Thalys "reste préoccupant"

Le CHU de Lille précise toutefois que la vie de Mark Moogalian n'est pas en danger.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Photo non datée de Mark Moogalian. (FRANCE 2)

L'état de santé de Mark Moogalian, le Franco-américain blessé par balle vendredi dans le Thalys Amsterdam-Paris, "reste préoccupant", a indiqué lundi 24 août le CHRU de Lille. L'hôpital précise toutefois que sa vie n'était pas en danger. "Une prise en charge pluridisciplinaire est en cours, des examens complémentaires sont programmés", a ajouté l'établissement dans un communiqué. Le patient, âgé de 51 ans, reste hospitalisé en soins intensifs.

Au lendemain de l'attaque, le chef des urgences au CHRU de Lille, Patrick Goldstein, avait expliqué que l'homme avait "retiré la kalachnikov des mains de l'agresseur". "Il s'est retourné et à ce moment-là, il a été blessé par balle par une arme de poing". Toutefois, cette version n'est pas entièrement corroborée par les enquêteurs. Patrick Goldstein a également déclaré que "la seule chose dont nous sommes, nous, persuadés en ayant discuté avec lui, c'est qu'il a participé, au même titre que ceux qui ont eu la Légion d'honneur ce matin, à la neutralisation de ce terroriste (...) que c'est un véritable héros, et qu'il faut le reconnaître comme tel".

Epanchement de sang dans le poumon

Le médecin urgentiste a donné des détails sur le traitement du patient. "Cette nuit, le poumon a saigné, ce sang est allé se loger dans la plèvre et cet épanchement sanguin est allé comprimer le poumon", a-t-il dit. "Il n'y a pas une personne qui va le voir qui ne lui témoigne pas l'émotion collective qui est la nôtre", a rapporté le docteur Goldstein, rappelant toutefois que "c'est à la police et la justice de définir parfaitement le scénario" de vendredi soir.

"Il a donc été décidé pendant la nuit de libérer le poumon grâce à un drain thoracique, un tube qu'on introduit sous analgésie forte, pour drainer ce sang", a poursuivi le Dr Godstein. "On a pu lui rapporter les propos du Président [lors de la cérémonie de remise de la légion d'honneur aux Américains] à son égard, en disant qu'il n'était pas oublié, qu'il avait été fait allusion à lui, à ses gestes héroïques, et il [y] a été sensible", a également indiqué le médecin urgentiste. Le blessé doit recevoir la Légion d'honneur ultérieurement, quand son état de santé le permettra, selon l'Elysée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.