Fausse alerte à Paris : ce que l'on sait des trois adolescents interpellés

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "dénonciation de crime imaginaire" et "divulgation de fausses informations afin de faire croire à une destruction dangereuse".

Une fausse alerte attentat a eu lieu rue Saint-Denis à Paris, le 17 septembre 2016.
Une fausse alerte attentat a eu lieu rue Saint-Denis à Paris, le 17 septembre 2016. (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / AFP)

La police a désormais interpellé trois adolescents dans l'affaire de la fausse alerte à l'attentat samedi 17 septembre à Paris, dont l'un a avoué être un des auteurs du canular. Que sait-on de ces trois jeunes gens, dont deux au moins sont des adeptes du "swatting", qui consiste à faire déplacer les forces de sécurité pour rien ?

Le premier adolescent arrêté dans la Marne a avoué

Le premier adolescent, âgé de 16 ans, a été arrêté lundi 19 septembre dans son lycée de Vitry-le-François, dans la Marne. Prénommé Dylan, il se présente sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme de "Tylers Swatting". Il a reconnu lors de sa garde à vue être l'un des auteurs du canular, a indiqué une source proche de l'enquête à franceinfo.

Il s'était mis en scène samedi sur les réseaux sociaux, se vantant d'avoir "fait le pire swat", en faisant déplacer "des hélicos, le gouvernement, 50 voitures de flics".

Un autre interpellé en Vendée

Mardi 20 septembre, un deuxième adolescent, âgé de 17 ans, a été arrêté en Vendée. Les enquêteurs cherchent à déterminer s'il s'agit du second pirate informatique dans l'affaire de la fausse alerte, qui s'est fait appeler "Zakhaev Yamaha".

Le jeune homme est en effet soupçonné d'être la "deuxième voix" du canular, le complice de Dylan, selon les premières informations de franceinfo. Ce point reste toutefois encore à confirmer.

Déjà connu de la justice pour des faits de "dénonciation de crime imaginaire",  le présumé "Zakhaev Yamaha" résidait en centre éducatif fermé (CEF) en Ille-et-Vilaine. Il a été interpellé lors d'une sortie à La Roche-sur-Yon (Vendée), selon les informations de franceinfo. Le jeune homme a fait connaissance avec Dylan sur les réseaux sociaux alors que l'utilisation des téléphones portables et d'internet est strictement encadrée en CEF. Les deux ados ont fomenté leur "swatting" à distance.

Un troisième en Lozère

Un troisième adolescent, âgé de 14 ans, a été interpellé en Lozère. La localisation exacte n'a pas été indiquée par les enquêteurs. Ils cherchent à déterminer le degré d'implication de cet adolescent dans cette affaire. On n'en sait pas plus pour l'instant.

Que risquent-ils ?

Le parquet a ouvert une enquête pour "dénonciation de crime imaginaire" et "divulgation de fausses informations". L'Etat se constituera partie civile pour obtenir réparation du préjudice subi, a annoncé le ministre de l'Intérieur dans un communiqué.

Les auteurs du canular risquent deux ans de prison et 30 000 euros d'amende pour diffusion d'une fausse information "dans le but de faire croire qu'une destruction, une dégradation ou une détérioration dangereuse pour les personnes va être ou a été commise".

L'Obs avait indiqué, dimanche, être parvenu à entrer en contact avec les deux responsables présumés de la fausse alerte. Ils se présentaient sous les pseudonymes de "Tylers Swatting" et "Zakhaev Yamaha" et se disaient admirateurs du hacker franco-israélien Grégory Chelli, alias Ulcan, en fuite en Israël. Ce dernier est soupçonné d'être l'auteur de canulars téléphoniques sophistiqués, notamment contre le site d'information Rue89 et son cofondateur. Lundi, sur sa page Facebook, Grégory Chelli a démenti tout lien avec eux, qualifiant leur geste de "dangereux et inutile".

Enfin, ces deux adolescents de 16 et 17 ans sont également "soupçonnés d'être derrière d'autres fausses alertes envoyées en septembre et visant des collèges, des lycées et autres lieux publics", notamment des grands magasins, a souligné une des sources policières de l'AFP.