Enseignant décapité dans les Yvelines : les témoins du drame racontent

Samuel Paty, professeur dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), a été décapité vendredi 16 octobre après les cours. Son assaillant a été abattu ensuite à Eragny-sur-Oise (Val-d’Oise). Depuis, l'enquête avance.

Franceinfo

Vendredi 16 octobre, à 17h10, à Éragny-sur-Oise (Val-d'Oise), la brigade anti-criminalité (BAC) vient de repérer le suspect présumé dans un quartier pavillonnaire. Face à eux, l'assaillant, un Russe d’origine tchétchène de 18 ans, est armé d’un poignard, d’un pistolet à billes et il refuse de se rendre. Un témoin a filmé la scène et raconte : "Ils lui ont répété plusieurs fois de jeter son arme, de se baisser… On n'a entendu aucune réponse de l’assaillant en face, on ne voit pas trop vu ce qu’il fait." Après plusieurs sommations, il est abattu par les policiers.

Dix personnes en garde à vue

Samuel Paty a été assassiné en plein jour, en pleine rue, à 300 mètres du collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), où il enseignait depuis trois ans. Il rentrait chez lui à pied lorsqu'il a été décapité. Un riverain a été l’un des premiers témoins. Il pointe, encore choqué, des traces de sang encore visibles sur le trottoir. "Après ça, on ne peut pas dormir", déplore-t-il. À une trentaine de mètres, un couteau avec une lame de 35 cm a été découvert par les enquêteurs. L'assaillant était inconnu des services de renseignement. Selon l’enquête, il reprochait au professeur d’avoir montré des caricatures de Mahomet en classe. Samedi soir, dix personnes sont en garde à vue.


Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers à Eragny (Val-d\'Oise), le 16 octobre 2020. 
Des policiers à Eragny (Val-d'Oise), le 16 octobre 2020.  (ABDULMONAM EASSA / AFP)