Cet article date de plus de trois ans.

Attentat contre Samuel Paty : le parcours du terroriste se précise

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Attentat contre Samuel Paty : le parcours du terroriste se précise
Attentat contre Samuel Paty : le parcours du terroriste se précise Attentat contre Samuel Paty : le parcours du terroriste se précise (France 2)
Article rédigé par France 2 - C. Guttin, E. Pelletier, N. Jauson
France Télévisions
France 2

Quatre jours après l'attentat qui a visé le professeur Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine, vendredi 16 octobre, les enquêteurs parviennent peu à peu à reconstituer le parcours du terroriste.

Les enquêteurs commencent à mieux cerner le parcours du terroriste Abdoullakh Anzorov. Sur les réseaux sociaux, le jeune homme découvre la vidéo d'un parent d'élève mettant en cause Samuel Paty. Le professeur a montré en classe des caricatures de Mahomet. Le vendredi 9 octobre, Abdoullakh Anzorov passe un premier appel téléphonique au père de l'élève. Ils échangent à une ou deux reprises dans les jours qui suivent. En garde à vue, le père maintient que ses propos n'étaient pas des appels à la violence. Les deux hommes s'envoient également une demi-douzaine de messages. "C'est pas moral", "Paix sur toi", s'écrivent-ils. Selon les sources de France 2, lors de cet échange, à aucun moment le père de l'élève n'incite le jeune homme à la violence. Le terroriste, lui, n'évoque pas son projet. 

Des collégiens en garde à vue

Lorsque l'homme arrive devant le collège, il demande à des élèves de désigner Samuel Paty contre de l'argent. Aucun d'eux ne voit qu'il est armé. Cinq collégiens sont toujours en garde à vue, mardi 20 octobre. Plusieurs interrogations demeurent aussi sur l'ami qui conduit l'assaillant d'Évreux (Eure) à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Le conducteur n'est ni fiché S, ni radicalisé. Il affirme ne pas avoir été au courant du projet du terroriste. Mais selon les proches d'Abdoullakh Anzorov, ce dernier était alors obsédé par Samuel Paty. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.