Attentat rue des Rosiers : la procédure judiciaire sera longue

Clément Weill-Raynal revient pour France 3 sur l'identification de trois personnes dans le cadre de l'attentat de 1982. Il ne faut pas s'attendre à un procès avant des années.

FRANCE 3

Après l'identification de trois personnes à l'étranger, suspectées d'avoir pris part à l'attentat de la rue des Rosiers du 9 août 1982, Clément Weill-Raynal rapporte que la procédure judiciaire est loin d'être terminée. Elle va même prendre beaucoup de temps.
"Cette identification des trois suspects permet d'envisager une extradition, en particulier en ce qui concerne le suspect qui vit en Norvège, un pays de l'espace Schengen lié à la France par des accords de coopération judiciaire qui facilitent les procédures d'extradition", explique le journaliste.

La persévérance d'un juge

"Ce sera sans doute un peu plus compliqué" pour les deux autres suspects, reprend Clément Weill-Raynal. L'un vit en Jordanie, l'autre en Palestine. "Mais ces procédures d'extradition sont possibles, et c'est pour cela que le juge d'instruction, Marc Trévidic, a lancé des mandats d'arrêt internationaux", conclut-il.

Marc Trévidic est le juge qui a retrouvé au Canada Hassan Diab, auteur présumé de l'attentat de la rue Copernic. L'homme a depuis été extradé.

Le JT
Les autres sujets du JT