Ce que l'on sait de Radouane Lakdim, l'auteur des attaques dans l'Aude

L'auteur de l'attaque terroriste dans l'Aude est un Franco-Marocain de 25 ans inscrit au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste.

Redouane Lakdim (photo non datée). 
Redouane Lakdim (photo non datée).  (DR)

Une attaque terroriste a eu lieu à Trèbes (Aude), vendredi 23 mars. Au moins quatre personnes ont été tuées et 15 autres blessées dans des attaques perpétrées dans la matinée. L'auteur des attaques a d'abord braqué vers 10h15 un automobiliste à Carcassonne pour lui voler sa voiture, une Opel Corsa blanche. Il a ouvert le feu et le passager est mort. Le conducteur a été blessé.

>>> Suivre notre direct sur l'attaque terroriste dans l'Aude

Il a ensuite tiré sur des CRS qui faisaient leur footing, blessant l'un d'entre eux, avenue du général Leclerc à Carcassonne. Le suspect s'est ensuite rendu dans un supermarché Super U de Trèbes, à 8 km de Carcassonne, où il a pris des clients en otages. L'assaillant a fait deux morts. Puis il a été abattu lors de l'assaut donnée par le GIGN. franceinfo fait le point sur ce que l'on sait de l'assaillant.

Le preneur d\'otages de Trèbes dans l\'Aude : un Franco-Marocain de 25 ans
Le preneur d'otages de Trèbes dans l'Aude : un Franco-Marocain de 25 ans (CAPTURE ECRAN / GOOGLE MAP / FRANCEINFO / STEPHANIE BERLU)

Déjà condamné pour des faits de droit commun

L'auteur de l'attaque dans l'Aude s'appelle Radouane Lakdim et a "agi seul", a indiqué le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, lors d'une conférence de presse. Il s'agit d'un Franco-Marocain né le 11 avril 1992 au Maroc, et domicilié à Carcassonne. 

Radouane Lakdim était connu de la justice pour des faits de droit commun. Il a été condamné par le tribunal correctionnel de Carcassonne en 2011 à une peine d’un mois de prison avec sursis pour port d’armes prohibé, puis le 6 mars 2015 à un mois d’emprisonnement pour usage de stupéfiants et refus d’obtempérer. Il a exécuté sa peine en août 2016 à la maison d’arrêt de Carcassonne.

Fiché S et suivi par les services de renseignement

Le jeune homme est suivi par les services de renseignement depuis 2013. Il a fait un bref séjour en prison en 2016 pour des faits de "deal de stupéfiants", a annoncé Gérard Collomb. L'homme est inscrit au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

Selon le procureur de Paris François Molins, l'homme est fiché S depuis 2014 pour ses liens "avec la mouvance salafiste". Cependant, "aucun signe précurseur" n'avait été décelé laissant penser à un passage à l'acte terroriste, lors du suivi du suspect en 2016 et 2017 par les services de renseignement.

"Il était déjà surveillé", a indiqué le ministre de l'Intérieur. Cependant, "on ne pouvait pas dire qu'il allait être un radical passant à l'acte dans les temps qui venaient", a poursuivi Gérard Collomb. "C'était un petit dealer, de ces petits dealers qui à un moment donné passent l'acte."

Un "soldat" de l'organisation Etat islamique

Lors de son irruption dans le supermarché, l'homme armé a crié "Allahou Akbar", ont indiqué des sources concordantes à franceinfo. Le procureur de Paris François Molins a expliqué que Radouane Lakdim s'est dit "prêt à mourir pour la Syrie", se présentant comme un "soldat" de l'organisation Etat islamique. Il a sollicité "la libération de frères" avant de tirer sur un client et un employé du magasin.

La compagne de l'auteur des attaques a été placée en garde à vue pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle". "Elle partageait [la] vie" de Radouane Lakdim a expliqué le procureur de Paris François Molins. Par ailleurs, un ami du terroriste a été aussi placé en garde à vue dans la nuit de vendredi à samedi, également du chef "d'association de malfaiteurs terroristes criminelle". Il s'agit d'un mineur de 17 ans.