Attaque au Bataclan : "'Ils sont entrés en tirant", confie une rescapée

Célia était présente au Bataclan lorsque la salle a été prise d'assaut par des terroristes ce vendredi 13 novembre. Elle témoigne dans le Soir 3, alors qu'une prise d'otages est toujours en cours.

FRANCE 3

Il est 23h30 ce vendredi 13 novembre et Paris est sous le choc. Une série de fusillades et d'explosions dues à des terroristes endeuillent la capitale. Le bilan provisoire oscille pour l'heure entre 18 et 30 morts, mais il pourrait être bien plus élevé dans quelques heures. Un carnage a notamment eu lieu au Bataclan.

Célia assistait à un concert de rock avec son époux dans la salle lorsqu'un commando de quatre personnes a attaqué. Après des détonations, la spectatrice a reçu un petit éclat dans la fesse. "J'ai cru que c'était un éclat de pétard, il s'est avéré que c'était un éclat de balle", déclare-t-elle par téléphone.

"Nos frères sont morts en Syrie, nous on est là", a lancé un assaillant

Célia explique avoir vu quatre individus armés de mitraillettes : "Les visages étaient à découvert, pour la plupart un petit peu barbus, de type Moyen-Orient". Un terroriste a scandé 'Nos frères sont morts en Syrie, nous on est là', poursuit-elle, avant d'ajouter : "Dès qu'ils ont commencé à tirer, tout le monde s'est couché. Plus personne ne bougeait parce qu'en plus, l'un a dit 'celui qui bouge son c.., je lui tire dessus'".

Éprouvée, Célia déclare que les policiers sont arrivés "une bonne dizaine de minutes" après le début de l'attaque. Des spectateurs ont pu sortir en deux vagues. Mais une prise d'otages est toujours en cours. "On a vu que les vigiles et les personnes de l'entrée avaient été tués sur le coup. Ils (les tireurs, NDLR) sont entrés en tirant sur les vigiles", ajoute la rescapée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des pompiers s\'occupent de blessés devant la salle de concert Le Bataclan, à Paris, vendredi 13 novembre 2015. 
Des pompiers s'occupent de blessés devant la salle de concert Le Bataclan, à Paris, vendredi 13 novembre 2015.  (CHRISTIAN HARTMANN / REUTERS)